Spam : La CNIL propose des extensions et modules pour se libérer des courriers indésirables

Sécurité

Par Elodie le

La commission informatique et libertés met un outil de signalement de spams à disposition des internautes, accessible d’un simple clic depuis le navigateur.

Les spams polluent régulièrement notre messagerie électronique, quand bien même les meilleures précautions auraient été prises. Les outils de placement de certains mails en « courrier indésirable » n’empêchent pas l’envoi de nouveaux spams.

La CNIL s’allie avec l’association Signal Spam pour venir en aide aux internautes. Ces derniers ont la possibilité de télécharger une extension pour leur navigateur (Firefox, Safari, Chrome) ou un module pour leur logiciel de messagerie (Outlook, Thunderbird, Mail OSX Sierra, Mail OSX El Capitan).

Un clic pour signaler les spams

Un tutoriel expliquant la marche à suivre a été mis en ligne par la CNIL. Une fois que vous avez installé et configuré le module, rien de plus simple, vous pouvez signaler un contenu en un seul clic. Si vous ouvrez un spam dans votre messagerie, il vous suffit de cliquer sur l’icône rouge de Signal Spam, qui recevra alors les informations du courrier indésirable. Ces signalements aideront ensuite Signal Spam à « identifier les criminels, d’informer les autorités, d’être automatiquement désinscrit auprès des routeurs membres, d’imposer des pratiques commerciales plus respectueuses des internautes », et donc d’améliorer « la protection de votre ordinateur », explique la CNIL.

capture d’écran – CNIL

Un traitement collectif des plaintes

Le partenariat entre la CNIL et Signal Spam se traduit également par un renforcement de leur collaboration et un changement de mode d’intervention. Cela passe par un abandon des instructions individuelles pour privilégier un « traitement collectif ».

« La centralisation plus systématique des signalements auprès de la plateforme Signal spam permettra en effet à la CNIL de disposer d’une vision globale du phénomène, et donc de conduire des investigations et une politique répressive plus efficaces. »

Selon Signal Spam, le spam constitue 90 % du trafic e-mail et les plaintes concernant ses « messages publicitaires non sollicités » ne cessent d’augmenter, passant de 10 % des plaintes en 2014 à 22 % en 2016.

Source: Source