Google met à disposition des chercheurs des outils permettant à Deepmind d’apprendre à maîtriser Starcraft 2

Après le jeu de Go, Deepmind s’attaque maintenant à Starcraft. On savait depuis quelques mois que Google s’intéressait de près au jeu de Blizzard. Un nouveau cap vient d’être franchi avec la mise en ligne de divers outils permettant à des chercheurs en intelligence artificielle de lancer des parties avec Deepmind et de l’aider à s’améliorer.

Deepmind, l’IA de Google est plutôt douée quand il s’agit de jouer au jeu de Go. Les règles sont relativement simples et les parties se déroulent au tour par tour, ce qui laisse le temps d’analyser patiemment la situation. Mais dans le cas de Starcraft 2, c’est pratiquement tout le contraire. D’une part, Deepmind doit savoir « lire » ce qui apparaît à l’écran. Ensuite, elle doit comprendre les centaines de règles tacites, que les humains comprennent naturellement, ou expliciteS du jeu. Autant d’éléments à prendre en compte qui nécessitent des centaines d’heures et de parties d’apprentissage avant que Deepmind devienne performante.

Une API pour intégrer de nouvelles IA à Starcraft II

Google et Blizzard se sont justement associés afin de créer des outils permettant de l’améliorer. Du côté de Blizzard, les développeurs viennent de rendre publique une API pour Starcraft 2. On peut lire sur le site officiel : « L’API StarCraft II va désormais fournir de puissants outils aux chercheurs, joueurs et amateurs, leur permettant d’utiliser le jeu comme une plateforme d’avancement de la recherche en matière d’intelligence artificielle. Cette API comprend également un mode bac à sable afin que la communauté puisse réaliser ses propres expériences avec des IA basées sur l’apprentissage et des IA scriptes, pour ainsi créer de nouveaux outils qui profiteront aussi bien à la communauté StarCraft qu’aux aficionados de l’IA ».


Voici comment Deepmind « voit » ce qu’il se passe à l’écran sur Starcraft II.

Concrètement, l’API de Starcraft II va permettre au jeu de supporter des IA créées de toute pièce, s’appuyant essentiellement sur Deepmind. Google, de son côté, a créé une version de Deepmind capable pour l’instant du minimum. L’IA comprend ce qu’il se passe à l’écran, connaît globalement les règles, mais a encore beaucoup de mal à saisir toutes les subtilités du jeu. Elle sait par exemple faire plein de tâches indépendamment les unes des autres, comme déplacer des unités, récolter du minerai ou construire des unités. Mais dans ses premières versions, quand elle n’était pas encore entraînée, elle ne comprenait pas que ses récolteurs devaient continuellement rester à la base pour miner des ressources.

Deepmind est aujourd’hui capable d’effectuer des tâches simples séparément. Mais elle a du mal à les intégrer efficacement au sein d’une vraie partie.

Si elle y arrive aujourd’hui, elle doit maintenant apprendre à réellement jouer au jeu, c’est-à-dire prendre en compte le brouillard de guerre, repérer les unités ennemies, comprendre l’importance de la reconnaissance (un aspect crucial de Starcraft II) et, je suppose, ne pas encore savoir ce que signifie « subir un cheese ». Et c’est là que Google a besoin des chercheurs. L’API de Starcraft II va en effet permettre aux chercheurs de développer et d’adapter Deepmind de façon à lui apprendre à jouer, à s’adapter et à mémoriser des situations particulières.

Si vous n’avez pas peur de l’anglais, il est possible d’en apprendre plus sur le site de Deepmind. L’IA se télécharge quant à elle sur GitHub, à cette adresse.