Racheter Twitter et bannir Donald Trump, voici le plan d’une ex-agente de la CIA

Sur le web

Par Elodie le

Elle espère rassemble un milliard de dollars pour racheter des parts Twitter et en exclure Donald Trump.

Vous vous souvenez peut-être d’elle, Valerie Plame Wilson est une ex-agente de la CIA dont l’histoire a été adaptée à l’écran dans le film Fair Game. Naomi Watts interprétait cette espionne sacrifiée sur l’autel de la propagande américaine pour justifier le déclenchement de la deuxième guerre d’Irak.

Aujourd’hui, Valerie Plame n’a rien perdu de sa hargne et s’attaque une nouvelle fois à la présidence américaine : elle a lancé une campagne de financement participatif (crowdfunding) espérant lever un milliard de dollars afin de racheter suffisamment de part de Twitter et faire pression sur ses dirigeants pour suspendre le compte de Donald Trump, son moyen d’expression favori.

1 milliard et virer Trump de Twitter

« Donald Trump a fait beaucoup de choses horribles sur Twitter. Ses tweets, qui encouragent les suprémacistes blancs ou appellent à la violence contre les journalistes, font du mal à ce pays et à ses habitants. Mais menacer la Corée du Nord d’une guerre nucléaire nous fait franchir une étape supplémentaire, et dangereuse. Il est temps de l’arrêter », explique-t-elle sur la plateforme de crowdfunding GoFundMe.

Comment entend-elle y parvenir ? « Twitter est une société cotée en Bourse. Actions = pouvoir. Cette [campagne] financera l’achat d’une participation majoritaire dans Twitter », avance-t-elle. L’objectif à atteindre est d’un milliard de dollars. Autant dire mission impossible. « Mais c’est le prix à payer pour éloigner Trump de son puissant mégaphone et éviter une horrible guerre nucléaire », insiste Valerie Plame.

Les menaces du milliardaire envers la Corée du Nord font en effet craindre une escalade qui aboutirait au déclenchement d’une guerre que d’aucuns redoutent.

Un usage de Twitter très contesté

Donald Trump use et abuse de la plateforme pour s’exprimer, mettant régulièrement son staff dans l’embarras avec des déclarations à l’emporte-pièce, mais parfois dangereuses selon à qui elles sont adressées. Ses déclarations en marge des violences de Charlottesville ayant conduit à la mort d’une manifestante antiraciste de 32 ans ont soulevé la polémique.

Au moment de rédiger cet article, Valerie Plame avait réuni 38 404 dollars.