Elon Musk veut envoyer du monde sur Mars d’ici 2022, et il a un plan « économique » pour ça

Espace

Par Jules le

À l’occasion d’une conférence de presse qui se tenait ce matin en Australie, Elon Musk a abordé le futur de Space X. Outre l’envie de lancer une compagnie de transport qui sera capable de relier les grandes villes en moins d’une heure à l’aide de fusées, le milliardaire américain a fait savoir qu’il avait un nouveau plan pour envoyer les premiers colons sur Mars d’ici 5 ans.

Si Elon Musk a l’air de se disperser en multipliant les projets avec Space X, il garde toujours le même objectif en tête : Mars. Lors de l’International astronautical Congress, qui se tenait ce matin à Adélaïde en Australie, le PDG de Space X a évoqué son nouveau plan pour atteindre la planète rouge et y installer des pionniers d’ici 2022. Et ce à un coût « réduit ».

Hello, world

Tout repose sur l’Interplanetary Transport System (Système de Transport interplanétaire), nom de code : BFR (Big Fuckin’ Rocket). Il s’agit d’une fusée en deux parties, dont la première est propulsée par 31 moteurs Raptor (contre 42 précédemment). Le vaisseau spatial, qui remplacera l’étage supérieur, sera lui équipé de 6 moteurs Raptor, quatre équipés de buses pour opérer dans l’espace et deux pour fonctionner au niveau de la mer.

Elon Musk a assuré que dans cette configuration, la BFR sera capable de transporter 150 tonnes de matériel dans l’orbite terrestre basse, et d’en ramener 50 tonnes sur la planète bleue. Le milliardaire a avancé que son nouveau vaisseau pourrait être utilisé pour le déploiement de satellites plus massifs, tels que des télescopes à grande ouverture, ainsi que le ravitaillement de l’ISS.

Mais surtout, la BFR permettra à Elon Musk d’accomplir son objectif principal : la colonisation de Mars. Ainsi, il prévoit d’envoyer deux vaisseaux cargo sur la planète rouge en 2022 pour « confirmer la présence d’eau et identifier les dangers » et « construire les premières infrastructures énergétiques, minières, et d’aide à la survie » en vue de l’arrivée des premiers colons deux ans plus tard.

Une base commencerait alors de sortir de terre, avant de se transformer petit à petit en ville.

Un projet « économique »

Elon Musk l’assure, la BFR sera « moins cher » que les fusées Falcon 1, Falcon 9, et Falcon Heavy. Pour financer son prochain bébé, Space X prévoit de mettre de côté le développement des engins cités précédemment pour que « toutes les ressources soient consacrées à la construction de la BFR ».

Une partie de la facture des ambitions d’Elon Musk sera également prise en charge par le gouvernement américain. En effet, le PDG de Space X a laissé entendre que les bénéfices dégagés par le lancement de satellites et le ravitaillement de l’ISS couvriraient partiellement les dépenses.