[Dragon Ball Super] On vous explique pourquoi l’épisode spécial d’hier nous a mis une énorme gifle

Série

Par Mathieu le

Il y a des instants comme cela où le temps est une barrière qui n’existe plus. Des moments qu’on a vécus, un beau jour, en sachant pertinemment qu’on devrait longtemps patienter avant de les voir réapparaître. C’est ce que beaucoup de fans de Dragon Ball se sont dit en voyant Son Gokû se transformer pour la première fois en Super Saiyan au début des années 90 dans le Club Dorothée. C’est ce qu’ils ont eu la joie de revivre, quelques années plus tard, lorsque ce même héros débarrassa la Terre de la menace Majin Bou à l’aide d’un énorme Genkidama. Puis plus rien. Des années de disette, remplies bien souvent de rediffusions, de lecture et d’espoirs fous.

Avant de lire cet article, il est important de préciser qu’il est préférable d’avoir vu l’épisode pour ne pas être spoilé.

Hier, après plusieurs mois d’attente et de théories, parfois farfelues, nous avons vécu un des moments les plus fous de notre histoire de fan. Dragon Ball Super, et son épisode spécial, nous ont donné de grands frissons, comme si l’époque qu’on pensait enterrée, était de retour une nouvelle fois pour nous mettre une énième baffe sur le coin du visage.

Tout commence

Test de puissance

C’est avec une appréhension plus que légitime qu’on lançait ces 45 minutes de Dragon Ball Super, regroupant, en une seule matinée, les épisodes 109 et 110 de l’animé. Jiren, grand ennemi charismatique surpuissant allait enfin entrer dans l’arène et combattre Gokû. Après des mois d’attente, nous allions enfin pouvoir débuter ce combat entre deux titans, l’un Saiyan de l’univers 7 et l’autre, Pride Troopers de l’univers 11.

Cet évènement spécial était attendu au tournant. Et il n’a pas déçu. Très clairement, nous sommes face à un épisode complètement fou, mélangeant combats aux chorégraphies sublimes, direction artistique de premier ordre et révélation surprenante. Tout débute par un Gokû au maximum de ses performances. Notre héros teste la puissance de son adversaire, Jiren. Super Saiyan, Super Saiyan God et Super Saiyan Blue ne l’atteignent pas. Le personnage clé de la série prend donc à nouveau le risque d’atteindre sa propre limite et additionne le Super Saiyan Blue et le Kaïo-ken multiplié par 20. Aucune de ces approches ne fonctionne. C’est donc bien un grand classique qui revient sur le devant de la scène : le Genkidama.

Gokû l’annonce : c’est son ultime coup. Cela fait un petit moment que ça lui trotte dans la tête et il sait pertinemment que si ça ne marche pas, tout est fini. Krilin, Piccolo, Gohan, C-17, C-18, Ten Shin Han, Kame Senin et même, à la surprise générale, Freezer, participent et lèvent leur bras en l’air afin de transmettre une partie de leur Ki. Vegeta lui, s’en moque, trop fier qu’il est. Jiren, sûr de lui comme rarement, attend patiemment de pouvoir constater ce que vaut cette attaque ultime de l’adversaire qui a le plus à lui apprendre.

Légitimement, on pense que le Genkidama de Gokû va porter ses fruits. Si on est persuadé qu’il n’éliminera pas Jiren, on espère qu’il lui posera quelques difficultés. Il n’en est rien. Le Pride Troopers repousse cette boule de Ki aussi aisément qu’on ouvre la porte de notre maison. Gokû est pris à son propre jeu et disparaît, aspiré par l’attaque qu’il a lui-même préparée. Désemparés, ses coéquipiers, comme ses adversaires, se demandent bien ce qu’il vient de se dérouler sous leurs yeux ébahis. Gokû n’est plus.

Ultra Instinct

Les minutes défilent. Les combattants de chaque univers reprennent leurs positions, réfléchissant très certainement à une tactique pour venir à bout de Jiren. Les Kaïos et les Dieux de la destruction évoquent une baisse générale de l’envie de se battre. « Comment battre quelqu’un qui a prouvé qu’il était, de toute façon, bien plus puissant que les autres ? » L’univers 11 semble bien parti pour devenir l’univers gagnant. Même Beerus parait gagné par la tristesse, lui qui est d’habitude si impassible. « Comment cela se peut ? » se demande-t-il. Puis…

Tremblement général sur l’air de combat. « Le monde du vide » comme l’appellent les anges, est secoué dans son intégralité par un évènement inconnu. Whis et Krilin sont les premiers à y songer. Et si Gokû avait survécu ? « Il arrive » soumet alors un Beerus à l’espoir restauré.

Sous des chants grégoriens, une lumière épaisse fait son apparition. Gokû réapparaît, comme par enchantement. Mais il n’est plus le même. Son apparence semble similaire à sa forme classique, mais ses yeux sont remplis d’un gris hypnotisant. Tout autour de lui, une énergie palpable se déverse. Ses mouvements et sa carrure ont changé. Ses amis ne s’y trompent pas. En l’espace d’un millième de seconde, il passe du cratère où il a réapparu à Jiren, situé à plusieurs dizaines de mètres de lui. Le combat reprend son cours, comme si rien ne s’était passé.

Autour de l’arène, les Dieux de la destruction et Kaïos semblent perplexes. « C’est impossible ! » s’exclament certains. Beerus n’en croit pas ses yeux : « Serait-ce…l’Ultra Instinct ? ». Tous se démènent et tentent de se persuader que c’est impossible : « Un mortel comme lui ? Même un Dieu a du mal à atteindre ce stade ! » peut-on entendre. De quoi s’agit-il ? Nous ne saurons pas plus.

Quelle suite ?

Quoi qu’il en soit, Gokû nous a rarement paru aussi puissant et charismatique. On redécouvre le héros de notre enfance sous un nouveau jour. Tout en lui nous semble démesurément plus fort. Il peut battre Jiren. Lui seul en est capable. Le combat continue. On frissonne à chaque coup. Les deux titans ne se laissent aucun répit, ni d’angle d’attaque. Nous vivons un affrontement épique, comme ce fût le cas 25 ans auparavant avec Freezer. Mais…

Au bout de quelques minutes, Gokû perd son aura. L’Ultra Instinct a disparu. Jiren l’éjecte, lui précisant que tout est terminé désormais. Vegeta vient à sa rencontre : « Que s’est-il passé ? ». On comprend que le Saiyan est allé au-delà de ses propres limites. Mais comment a-t-il fait pour maîtriser cette nouvelle forme. Y parviendra-t-il à nouveau ? « Repose-toi Kakarotto » lui conseille Vegeta. À peine le temps de récupérer, Freezer est à ses côtés, tapis dans l’ombre, et prépare un sale coup. On nous rappelle ainsi qu’il faut parfois plus se méfier de ses alliés que de ses ennemis. Fin de l’épisode spécial.

Que mijote Freezer ?

L’Ultra Instinct. Quelle est donc cette nouvelle forme atteinte par Gokû. Pourquoi fait-elle peur à tous les personnages présents ? Comment a-t-il réussi, aussi puissant soit-il, à la maîtriser, même quelques instants ? Et surtout, réussira-t-il à la retrouver de nouveau ? Sans ça, comment battre Jiren ? Tant de questions qui n’auront leurs réponses que dans les prochaines semaines. En attendant, on vous le confirme, Dragon Ball est bien de retour. Et on en aurait presque les larmes aux yeux.