Piratage : les jeux vidéo protégés par le DRM Denuvo craqués de plus en plus rapidement

Sécurité

Par Mathieu le

Dans un article consacré au piratage, le site Dark Side of Gaming révèle que les protections présentes sur les disques des titres récents ne suffisent clairement plus à limiter le téléchargement illégal.

Le dernier South Park déjà piraté

La fin d’une ère

L’entreprise Denuvo s’occupe aujourd’hui de protéger les copies numériques des jeux vidéo récents. La société, réputée pour la solidité de ses DRM (Digital Rights Management) serait donc dépassée alors qu’elle réussissait, il y a encore quelques mois, à empêcher les pirates de craquer les jeux dès le jour de leur sortie avec des protections toujours plus poussées. Ce n’est aujourd’hui plus le cas. Par exemple, le dernier titre d’Ubisoft : South Park – L’Annale du Destin a été craqué moins de 24 heures après sa sortie. FIFA 18, L’Ombre de la Guerre et Total War : Warhammer 2 sont aussi dans ce cas.

Lire aussi : Un développeur traduit son jeu en portugais, résultat, le piratage explose

Cette défaillance dans la protection des jeux récents a débuté en janvier avec Resident Evil 7 : Biohazard qui était censé être protégé avec un DRM de dernière génération produit par Denuvo. Mais il n’aura fallu que cinq jours pour que des pirates cassent les protections. Il en ira de même pour Sonic Mania, Tekken 7 et Prey. À l’époque, Denuvo trouvait ces délais “acceptables” dans la mesure où une partie importante des ventes se réalise durant les premières 72 heures suivant la sortie des jeux. “Notre but est de protéger chaque titre durant cette fenêtre de tir commerciale” expliquait Robert Hernandez, directeur commercial de Denuvo.

Les pirates ont trouvé une solution miracle aux DRM de Denuvo

Pour comprendre comment ce piratage est devenu aussi aisé, il faut remonter à la fin d’année dernière. Sur Reddit, un utilisateur expliquait que les binaires protégés par cet éditeur comportaient des “parties manquantes” . Or, ces dernières seraient téléchargées directement auprès des serveurs de Denuvo mais seraient spécifiques à l’environnement d’exécution de l’utilisateur. En clair, les protections dépendraient de chaque ordinateur, de leur système d’exploitation et du matériel qui sert à les faire fonctionner. En comprenant cette logique, les pirates ont donc pu mettre en place une méthode qui leur a permis de cracker tous les jeux récents. Et de mettre à mal la version 4 du DRM de Denuvo.

Ces récents “exploits” poussent la société à chercher une nouvelle solution qui pourrait s’appeler DRM v5. Mais Assassin’s Creed Origins ou Wolfenstein 2 qui sortent cette semaine devraient aussi être rapidement présents en téléchargement sur le web.

Source: Source