BitScope Cluster Module : un super calculateur composé de 750 Raspberry Pi 3 à 18 000 dollars

Ordinateurs

Par Gaël Weiss le

Un voire deux Raspberry Pi, c’est toujours très pratique pour automatiser des tâches basiques chez soi. Mais alors à quoi pourraient bien servir 750 Raspberry Pi intégrés au sein d’un boîtier serveur ? À permettre à des étudiants ou des chercheurs de tester leur code avant de l’envoyer sur de véritables supercalculateurs, nous explique le site MiniMachines. Et l’on comprend mieux la démarche.

Si l’on s’en tient à la puissance pure, le BitScope Cluster Module n’est rien d’autre qu’une maquette — une miniature pourrait-on dire — de supercalculateur. Sa puissance, en effet, est très loin de permettre d’envoyer des hommes sur Mars ou de simuler des explosions nucléaires. Ce « super » calculateur, vendu 18 000 dollars tout de même, est composé de 750 cartes Raspberry Pi 3 intégrées dans 5 clusters montés en rack comprenant chacun 150 cartes de développement, reliées ensemble en réseau. Ce qui nous donne un total de 3000 cœurs Cortex-A53 cadencés à 1,2 GHz.

Un mini supercalculateur pour vérifier que tout fonctionnera bien sur un véritable supercalculateur

Comme l’explique le site MiniMachines, ce super calculateur du pauvre n’est pas destiné à être utilisé pour sa puissance de calcul. Non, son objectif est plutôt de permettre à des étudiants ou des chercheurs de pouvoir tester leur code sur une architecture de super calculateur afin de vérifier qu’il fonctionne bien avant de l’envoyer sur un véritable super calculateur coûtant plusieurs millions de dollars.

Car les véritables supercalculateurs, ceux qui sont capables de délivrer téraflops et des téraflops de puissance de calcul, nécessitent souvent des mois ou des années d’attente avant de pouvoir les utiliser ne serait-ce qu’une heure. Or, quand des chercheurs lancent leur code sur ces supercalculateurs, il arrive qu’un bug ou une mauvaise ligne de code ralentisse ou fasse échouer le processus. Ces chercheurs, étudiants ou entreprises devront donc attendre encore plusieurs mois pour pouvoir les réutiliser à nouveau.

18000 dollars et jusqu’à 4000 Watts de consommation électrique

Et c’est là qu’intervient le Cluster Module de BitScope. Ses 5 clusters vendus 18 000 dollars sont finalement un bien maigre investissement pour pouvoir tester son code face aux nombreux mois d’attentes que pourraient engendrer un bug ou une erreur de calcul. Ce Cluster Module permet donc de s’initier à la parallélisation, de créer un environnement de travail et surtout de lancer son code pour vérifier qu’il fonctionne correctement.

Si vous êtes tentés par une telle machine (après tout, vous êtes peut-être un chercheur qui s’ignore), sachez que cette grosse machine consomme la bagatelle de 1000 watts en veille, 2000 watts en usage classique et peut monter jusqu’à 4000 watts à pleine puissance. Pour les intéressés, le site officiel de la bête se trouve par ici et vous en apprendra encore plus.

Source: Source

7 réponses à “BitScope Cluster Module : un super calculateur composé de 750 Raspberry Pi 3 à 18 000 dollars”

  1. Lol attendre des mois pour l’utiliser quelques heures, autant laisser tourner le mini supercalculateur pendant quelques mois…

    • Je pense que la puissance d’un ‘vrai’ super-calculateur fait que une heure correspond plutôt à quelques années voire siècles de ce super-calculateur de test …

      • Les puissances ne sont en effet pas comparable : là c’est 4 coeurs à 1,2 GHz par noeud de calcul. Sur un super calculateur on est plutôt à 16 coeurs à 4 GHZ, pour donner un ordre d’idée.
        Mais la différence n’est pas que là : le super calculateur de mon labo (relativement modeste) c’est jusqu’à 250Go de RAM par noeud, plusieurs cartes graphiques et quelques To de stockage. Mes calculs sont ridiculement petits, mais sans 64Go de RAM minimum je ne peux rien faire (et pourtant c’est vraiment de petits calculs).
        Enfin, les raspberry sont connectés en ethernet : les temps de latence sont énormes et la vitesse de transfert ridicule. Les super calculateurs utilisent des techno comme Infiniband pour pallier à ça. Avec de l’ethernet, les latences dans les communications rendent les calculs extrêmement longs (des semaines de calcul en plus parfois).

        Enfin, avec ce mini-calculateur pour tester son code, on évite de réserver un vrai calculateur pour au final tester du code avec un bug ou qui plante, donc on réduit drastiquement les délais pour obtenir du temps de calcul, si les tests sont fait ailleurs.

        Mais en résumé : un raspberry est techniquement incapable de gérer les moindres données scientifiques.

  2. Rien qu’avec deux compilo on a des diff’, je suis donc un peu étonné qu’on puisse valider un code sur ARM en espérant le même comportement les x86 ou spécif’ des “gros” supercalculateurs.

  3. “Sa puissance, en effet, est très loin de permettre d’envoyer des hommes sur Mars”
    En 1969, on a envoyé des hommes sur la lune avec la puissance de calcul d’un nokia 3310…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *