CES 2018 : Intel lance officiellement ses processeurs Kaby Lake-G, avec un GPU AMD Radeon RX Vega

Hardware

Par Gaël Weiss le

Annoncé en novembre dernier, l’alliance entre Intel et AMD est aujourd’hui officialisée avec le lancement des puces Kaby Lake-G. De ce partenariat est né quatre premières puces, basées sur la solution EMIB. Cette dernière permet d’associer, au sein d’un package commun, des CPU Intel de dernière génération à des GPU Radeon RX Vega conçus par son concurrent de toujours, AMD.

En novembre dernier, Intel annonçait déjà les prémices de cette alliance. Grâce à la technologie EMIB, le fondeur est désormais capable de concevoir des puces permettant d’associer des circuits intégrés de tailles différentes. Intel peut ainsi proposer des solutions performantes et compactes associant la puissance de calcul de ses CPU à la puissance de calcul d’un GPU d’une marque externe. En l’occurrence, les GPU Radeon RX Vega d’AMD.

Tout ça, on le savait déjà depuis plus de deux mois. Ce qui manquait, c’était les détails techniques. Intel a donc profité du CES 2018 pour dévoiler entièrement la composition de ces nouvelles puces deux (et même plutôt trois, puisque la RAM est intégrée à cette solution) en un.

Cinq puces, deux variantes

Intel a donc annoncé cinq puces utilisant la technologie EMIB. Il s’agit des Core i7-8809G, i7-8709G, i7-8706G, i7-8705G et i5-8305G. Côté CPU, on retrouve les processeurs Intel à 4 cœurs basés sur l’architecture Kaby Lake (la dernière génération), cadencés de 2,8 GHz à 3,1 GHz pour la fréquence de base. Ces processeurs sont accompagnés par un GPU Vega Mobile associé à 4 Go de mémoire HBM2. AMD va fournir deux versions de son GPU sur ces puces : une variante GL (avec 20 Compute Units) et une variante plus puissante GH (avec 24 Compute Units).

Pour ceux qui espéraient voir ce genre de puce dans des appareils très compacts, Intel a rapidement mis fin à leurs espérances, avec un TDP de 65 W pour les versions Vega M GL et 100 W pour les GPU Vega M GH, ces puces se destinent avant tout à des PC portables de tailles importantes ou des tours de bureau compactes. Pas question de les voir pour l’instant dans des ultrabook, où les ventirads se doivent d’être réduits à leur maximum.

Une solution puissante, mais dans quelle mesure ?

Toutes ces caractéristiques techniques, c’est bien beau, mais que vaut cette puce du point de vue des performances ? Si l’on s’en tient à la présentation d’Intel, ces puces sont capables d’égaler des PC haut de gamme… d’il y a trois ans. Comparé à un PC équipé d’un Intel Core i7-4720HQ et d’une puce graphique Nvidia GTX 950M, les PC embarquant un Kaby Lake-G sont de 1,6 à 6,7 fois plus performants.

Lorsqu’on compare les performances de cette puce à un PC équipé d’un Core i7-8550U et d’une GTX 1050, les résultats sont légèrement supérieurs sur des jeux vidéo récents, comme Hitman, Deus Ex : Mankind Divided ou Vermintide 2. Dommage que l’on ne sache pas dans quelle condition tournent ces jeux. Il faudra donc attendre les tests indépendants pour savoir ce que vaut réellement cette solution par rapport aux autres PC portables récents.

Pour l’instant seuls deux PC ont été annoncés avec des processeurs Kaby Lake-G. Il s’agit du NUC 8 – que nous avons présenté ici – et le HP Spectre x360. Ce dernier sera disponible dans le courant du mois de mars, au prix de 1369,99 dollars. Quant aux puces, elles devraient arriver dans le commerce et dans d’autres PC avant la fin du premier trimestre 2018 à des tarifs inconnus.