Des hackers sont parvenus à installer Linux sur la Nintendo Switch

Jeux-Video

Par Gaël Weiss le

Des hackers sont enfin parvenus à hacker la Nintendo Switch. Une équipe de développeurs, fail0verflow, a en effet réussi à exploiter une faille liée à la boot ROM de son processeur, le Tegra X1 de Nvidia. Un hack important, mais qui ne permet pas encore de lancer des jeux piratés sur la petite dernière de Nintendo.

La semaine dernière, le compte Twitter de fail0verflow annonçait sur Twitter avoir réussi à hacker la Nintendo Switch et à y installer Linux. Un exploit rendu possible grâce à la découverte le mois dernier d’une faille dans le SoC de la console, le Tegra X1.

Pour parvenir à installer Linux sur la console, fail0verflow a utilisé une faille située dans la mémoire de démarrage (ou boot ROM) du SoC. Dans cette dernière, le code est en lecture seule et directement envoyé à la puce de la console. Et il ne peut pas être patché directement par Nintendo ou Nvidia. La seule solution pour combler cette faille est de produire une nouvelle puce avec un nouveau code. Autrement dit, les Nintendo Switch actuelles seront toujours sensibles à ce bug. Mieux, ajoute fail0verflow, il n’est même pas nécessaire de modifier matériellement la console pour l’exploiter.

Le piratage des jeux, ce n’est pas pour tout de suite

Pour autant, installer Linux sur la Switch n’est pas synonyme de jeux piratés ou de homebrew alternatifs fonctionnels. L’installation d’un OS tiers sur la Switch est un premier pas, mais il ne permet pas de contourner de façon magique les protections de la console. Tout au plus l’arrivée de Linux sur la console va permettre de la transformer en ordinateur portable de fortune ou en lecteur multimédia.

Il faudra surtout attendre que fail0verflow rende publique la faille qu’il a exploité pour que les développeurs s’en emparent et trouvent des usages intéressants. En attendant, rien n’empêche Nintendo de mettre régulièrement sa console à jour pour ajouter des protections supplémentaires à ses jeux… ou de lancer une nouvelle version de sa console hybride avec une puce mieux protégée.

Nintendo Labo, ou quand la Switch devient une console en carton

Une réponse à “Des hackers sont parvenus à installer Linux sur la Nintendo Switch”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *