SpaceX a essayé de récupérer le nez d’une fusée avec un filet (et ça n’a pas marché)

Espace

Par Jules le

C’est une première fois qui n’a malheureusement pas eu le résultat escompté. Après avoir lancé une fusée Flacon 9 hier, afin de mettre un satellite espagnol en orbite, SpaceX a tenté de récupérer la coiffe de sa fusée à l’aide d’un filet géant. En vain.

Crédit : Elon Musk

Dans sa quête de créer une fusée entièrement récupérable et réutilisable, Elon Musk vient de connaître un petit revers de fortune. Pour la première fois, SpaceX a tenté hier, suite au lancement d’une fusée Falcon 9 depuis la base aérienne de Vanderberg (Californie), de récupérer le nez de la fusée lors de son retour sur Terre.

Better luck next time, Mr. Steven !

Pour parvenir à cette tâche, la société spatiale du milliardaire américain a appelé Mr. Steven à la rescousse. Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas d’un surhomme capable d’attraper des pièces de fusée en plein vol, mais d’un bateau équipé d’un filet géant.

L’autre subtilité étant la composition de la coiffe de la fusée Falcon 9. Habituellement, cette partie de l’engin n’est pas récupérée après un lancement. Elle n’est donc pas équipée de booster et rétro-fusées pour contrôler sa chute, et fini bien souvent par s’éclater en plein océan. Pour les besoins de l’exercice, SpaceX a décidé de doter le nez de la fusée d’un système de guidage, de minuscules propulseurs et de parafoils, des parachutes chargés de ralentir la descente.

Malheureusement, tous ces facteurs n’ont pas suffi pour récupérer la coiffe dans les meilleures conditions. Ainsi, via son compte Twitter, Elon Musk a fait savoir que la coiffe de la Falcon 9 avait manqué le filet du bateau de “quelques centaines de mètres”. Elle est cependant parvenue à amerrir de manière intacte.

Il est pour le moment impossible de savoir si SpaceX compte réutiliser cette partie de la fusée. En effet, le sel marin peut causer de sérieux dommages aux divers composants, rendant sa réutilisation compliquée.