Après 11 ans d’antenne, la chaîne NoLife va cesser d’émettre

Général

Par Jules le

En proie à des difficultés financières ces dernières années, la chaîne dédiée aux cultures japonaises et au jeu vidéo s’apprête à rendre définitivement l’antenne à la fin de la semaine. Une décision qui clôture une aventure longue de onze années.  

Beaucoup s’en doutaient, mais certains ont quand même voulu croire à un poisson d’avril. Et pourtant le glas a bel et bien sonné pour NoLife. Dans une vidéo diffusée le dimanche 1er avril, Sébastien Ruchet, président et cofondateur de la chaîne, a fait savoir que NoLife allait très prochainement cesser d’émettre.

« Alors oui, c'est peut-être notre poisson d'avril le moins drôle, mais c'est vrai, l'aventure de NoLife est terminée (...) On est au bout, la procédure de liquidation judiciaire de NoLife a été lancée. »

Une semaine de célébration

Ne sachant pas quand le signal de diffusion va s’interrompre, Sébastien Ruchet et son équipe, comptant une dizaine de salariés et autant d’intervenants extérieurs, ont décidé de diffuser une émission d’adieu le dimanche 8 avril.

Entre temps, NoLife devrait diffuser ses derniers reportages et chroniques, ainsi que des séquences spéciales célébrant l’histoire de la chaîne. Qui plus est, les anciens et figures historiques de la NoLife devraient passer faire un petit coucou, tout en évoquant les souvenirs impérissables que leur a laissé l’aventure NoLife.

Une ouverture sur le Japon

Apparue dans le paysage médiatique le 1er juin 2007, la chaîne NoLife offrait alors une véritable visibilité à plusieurs pans de la culture japonaise. Animé, concert, jeu vidéo, JdR, clip de musique japonaise, chroniques dédiées à la Pop Culture nippone, NoLife visait dans un premier temps les amoureux de la culture geek issue du Pays du soleil levant.

Panne de courant !

Souvenirs de Nolife.Panne de courant ! (2015)

Publiée par Nolife sur lundi 2 avril 2018

Un parti pris qui a connu un certain succès puisqu’en 2015, la chaîne assurait compter sur la présence d’un million de spectateurs par mois. Malheureusement, à la même période, NoLife fait face à une crise de la publicité, les annonceurs étant de plus en plus nombreux à ne pas renouveler leurs contrats avec la chaîne.

Une lente agonie

À cela s’ajoutent d’autres tourments financiers qui contraignent Sébastien Ruchet à revoir son budget et à opter pour des coupes drastiques.

À la recherche d’investisseurs et faute d’en trouver, la chaîne voit sa dette grossir jusqu’à ce qu’elle soit obligée, à l’aube 2016, de se lancer une procédure de redressement judiciaire. Bien que cette dernière se soit bien terminée à l’été 2017, elle a abouti sur le licenciement des journalistes spécialisés dans le jeu vidéo.

De son côté, NoLife pouvait respirer un coup et mettre en place de nouveaux projets pour attirer les investisseurs. Mais huit mois plus tard, les négociations sont restées au point mort, tandis que les économies de la chaîne fondaient comme neige au soleil. “Ce n’était pas du tout une bonne dynamique”, confie Sébastien Ruchet au quotidien Le Monde.

Une descente aux enfers qui s’est donc achevée dimanche dernier, avec la décision de placer la chaîne en liquidation judiciaire et d’interrompre définitivement sa diffusion. RIP NoLife.