Sauvegarder la mémoire de notre société sur la Lune : l’étonnante mission du projet Sanctuary

Espace

Par Anne Cagan le

La mission d’exploration spatiale Sanctuary emportera, sur la Lune, dix-sept disques de saphir contenant une sélection d’informations scientifiques, des œuvres artistiques et deux génomes humains.

Mission Apollo 11. Crédit : NASA

Conserver la mémoire d’un monde “pour des millions d’années”. C’est un des objectifs de l’intéressant projet Sanctuary que le CEA présentait hier plus en détail, dans un communiqué.

Lancée à l’occasion du 50e anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune (le 20 juillet 2019) , cette mission d’exploration spatiale s’avère, à plus d’un titre, originale.

Exploration des vestiges de la mission Apollo 17

Comme l’indique le CEA, Sanctuary est en effet la première mission d’exploration spatiale privée et la première mission spatiale dédiée à l’archéologie. Pendant douze jours – presque un jour lunaire – deux robots exploreront ainsi “les vestiges laissés par les astronautes américains” d’une autre mission Apollo, la dernière : Apollo 17.

Des disques de saphir contenant “la mémoire d’une époque”

Sanctuary emportera qui plus est une cargaison très particulière. Cette sonde qui alunira dans la région Taurus Littrow embarquera en effet 17 disques de saphir contenant sous forme d’images, de textes ou de données codées “l‘intégralité de deux génomes humains (un homme, une femme), une sélection d’informations scientifiques, d’œuvres artistiques et de travaux collaboratifs”.

Crédit Sanctuary Project.

Il ne s’agit cependant pas ici de s’adresser à d’hypothétiques extraterrestres comme avec les sondes Pioneer et Voyager. L’objectif de Sanctuary est plutôt de s’adresser aux prochaines générations d’humains dans un lointain futur. Une fois la mission d’exploration achevée, la sonde restera en effet sur la Lune à proximité de la Terre et donc de nos descendants. “Il s’agit de leur parler de nous, d’ici et de maintenant” note le CEA. Une application à (très) grande échelle d’un classique de la sécurité informatique : ne gardez jamais une sauvegarde au même endroit que les fichiers originaux.

Source: CEA