Sauvegarder la mémoire de notre société sur la Lune : l’étonnante mission du projet Sanctuary

Espace

Par Anne Cagan le

La mission d’exploration spatiale Sanctuary emportera, sur la Lune, dix-sept disques de saphir contenant une sélection d’informations scientifiques, des œuvres artistiques et deux génomes humains.

Mission Apollo 11. Crédit : NASA

Conserver la mémoire d’un monde “pour des millions d’années”. C’est un des objectifs de l’intéressant projet Sanctuary que le CEA présentait hier plus en détail, dans un communiqué.

Lancée à l’occasion du 50e anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune (le 20 juillet 2019) , cette mission d’exploration spatiale s’avère, à plus d’un titre, originale.

Exploration des vestiges de la mission Apollo 17

Comme l’indique le CEA, Sanctuary est en effet la première mission d’exploration spatiale privée et la première mission spatiale dédiée à l’archéologie. Pendant douze jours – presque un jour lunaire – deux robots exploreront ainsi “les vestiges laissés par les astronautes américains” d’une autre mission Apollo, la dernière : Apollo 17.

Des disques de saphir contenant “la mémoire d’une époque”

Sanctuary emportera qui plus est une cargaison très particulière. Cette sonde qui alunira dans la région Taurus Littrow embarquera en effet 17 disques de saphir contenant sous forme d’images, de textes ou de données codées “l‘intégralité de deux génomes humains (un homme, une femme), une sélection d’informations scientifiques, d’œuvres artistiques et de travaux collaboratifs”.

Crédit Sanctuary Project.

Il ne s’agit cependant pas ici de s’adresser à d’hypothétiques extraterrestres comme avec les sondes Pioneer et Voyager. L’objectif de Sanctuary est plutôt de s’adresser aux prochaines générations d’humains dans un lointain futur. Une fois la mission d’exploration achevée, la sonde restera en effet sur la Lune à proximité de la Terre et donc de nos descendants. “Il s’agit de leur parler de nous, d’ici et de maintenant” note le CEA. Une application à (très) grande échelle d’un classique de la sécurité informatique : ne gardez jamais une sauvegarde au même endroit que les fichiers originaux.

Source: CEA

8 réponses à “Sauvegarder la mémoire de notre société sur la Lune : l’étonnante mission du projet Sanctuary”

  1. Après les sauvegardes dans les nuages, le Cloud, les sauvegardes sur la Lune.Cela va inspirer Elon Musk qui va peut-être un jour y installer des serveurs, car la haut le refroidissement ne doit pas être un problème.

  2. Deux détails me tittiles  :  1) comment stock t’on des données sur/dans du saphir (tout en étant sur d’une non corruption des données) 2) chaque etre humain ayant un génome différent à 98 %, qui sont les deux génomes types et en quoi sont ils représentatifs  ?

  3. 1/ On stock sur les disques de saphir des données sous le format analogique et non numérique, en réalité il y a deux couche de saphir, la première est recouverte d’une fine couche de nitrure de titane qui sert d’encre et un laser microscopique y dessine les motifs. Un second disque de  saphir y est appliquée par dessus par un collage (que je ne connais pas). Le saphir étant presque aussi dur que le diamant et tenant la chaleur jusqu’à 1700°, t’es à quelque chose prêt sûr que si t’as pas un astéroïde qui vient se cracher dessus, qu’il survivra à pas mal de situation extrême (donc pas de corruption de données) ^^. Pour le déchiffrer, t’as juste à numériser l’image assez finement, et zoomer =).

    2/ Tu peux revoir le pourcentage à la hausse, nous sommes égaux à prêt de 99.5% de notre ADN. 98% correspond à la différence entre l’homme et le chimpanzé par exemple, ce qui justifierai l’utilisation de mot "race" entre nous, ce serait aberrant ^_^. Mais ta question est tout de même applicable :), sur les 0.5 % de différences, je ne sais pas pourquoi ils sont prit tel ou tel humain.

  4. Côté pénombre il fait froid certes mais le vide est un isolant: un ventilateur ne marche pas si il n’y a pas d’air

  5. Ouais enfin, vu le cout de l’envoi, l’installation,  le forage, l’installation d’un réseau électrique (probablement nucléaire), de taux de transfert raisonnable etc.

    Pis quand t’as un DD qui tombe en panne, ça chiffre vite d’aller le remplacer >.< !

    Je préfère investir dans des ventilos 😀

  6. Ca me rappelle la "5ème vague" dans lequel des aliens trouvaient la sonde terrienne et utilisaient l’ADN humains pour s’infiltrer sur Terre en créant leurs "clones"…
    En espérant que ça se passe différement 😛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *