Netflix loin devant en France

Sur le web

Par Olivier le

Il a fallu être patient pour voir débarquer Netflix en France. Mais depuis 2014 et la présence du service de vidéo à la demande sur abonnement (sVOD) dans notre pays, il met une claque à la concurrence.

L’étude annuelle du CNC (Centre national de la cinématographie) portant sur 2017 confirme le statut de leader de Netflix en France. Le service américain a capté plus de 30% du marché français, contre 11,6% pour son rival direct, Canalplay, qui ne cesse de perdre des parts de marché. Selon ElectronLibre, Netflix aurait franchi le seuil des 2,5 millions d’abonnés en France ; la plateforme avait indiqué qu’elle atteindrait la rentabilité à partir de 2,8 millions d’abonnements : elle devrait parvenir à cet objectif cette année.

SFR Play et Amazon Prime Video en embuscade

Parmi la concurrence, deux services se détachent : Amazon Prime Video, lancé en France en 2016, affiche déjà un an plus tard une part de marché française de 7%. Il faut sans doute voir dans cette ascension fulgurante le fait que le service soit inclus avec l’abonnement Prime, et qu’il ne coûte que 49 € par an. L’autre bon client, c’est SFR Play : disponible depuis novembre 2015, la plateforme de sVOD dépasse déjà Canalplay.

Là aussi, on peut voir dans cet essor impressionnant de SFR Play le fruit de la tactique commerciale de l’opérateur qui a donné gratuitement l’accès au service à ses abonnés mobiles. Amazon et SFR sont-ils en mesure de contester à Netflix son statut de premier de la classe ? Ce n’est pas si simple, Netflix mettant l’accent sur ses contenus exclusifs qui ne cessent d’attirer des abonnés. Prime Video aussi investit dans le contenu, mais le catalogue est sans commune mesure. Quant à SFR Play, il est difficile de deviner l’avenir du service alors qu’Altice, la maison-mère de l’opérateur au carré rouge, connait des difficultés financières.

La France représente en tout cas un terrain de jeu intéressant pour les éditeurs de services. Le nombre d’abonnés sVOD est de 3,1 millions de personnes, loin derrière l’Allemagne (10,2 millions) et le Royaume-Uni (11,3 millions). Le CNC explique également que l’expansion des services vidéo repose beaucoup sur la propension des consommateurs à payer ces abonnements.

Source: 01Net