Piratage : La France préfère le streaming pour pirater des vidéos

Sur le web

Par Jules le

L’année dernière, presque 8 millions de Français ont usé du streaming pour regarder illégalement du contenu. Une pratique qui a dépassé le peer-to-peer et le téléchargement direct.  

Dans une étude basée sur un panel de 30 000 personnes et réalisée conjointement, le CNC, Médiamétrie et l’association ALPA ont déterminé qu’en 2017, près de 12 millions de Français sur 47 millions d’internautes on piraté du contenu sur Internet. Ce qui équivaut à plus d’une personne sur quatre.

Si ce nombre semble élevé, il est en baisse par rapport aux sept dernières années. En effet, en 2010, un internaute sur trois s’adonnait au piratage (13 millions de pirates pour 39 millions de personnes connectées).

Le streaming détrône le téléchargement direct

Outre une baisse du piratage, 2017 enregistre également un changement significatif dans les habitudes de consommation illégale. Pour la première fois, le téléchargement direct est dépassé par le streaming, avec plus de 7,8 millions de personnes ayant recourent à cette pratique, contre 7,1 millions pour le direct download.

Malgré un regain l’année dernière, le peer-to-peer conserve sa troisième position avec 5,4 millions de pirates. Le live streaming, lui, n’a été utilisé que par 1 million d’internautes.

En grosse majorité, les pirates ont entre 25 et 49 ans et sont issus des classes CSP et CSP+. En revanche, les aficionados du streaming sont plus généralement des femmes, dont l’âge varie entre 15 et 24 ans, et dont les études sont encore en cours.

Le live-streaming “porté par la consommation d’évènements sportifs en direct” concerne à 73 % les hommes, ayant un âge égal ou supérieur à 50 ans et CSP+.

 

Source: ALPA