Facebook ne chercherait toujours pas à vous espionner avec le micro de votre smartphone (bien qu’il existe un brevet pour le faire)

Sécurité

Par Jules le

Les adeptes de théories du complot sont une nouvelle fois en effervescence. Le journal britannique Metro a découvert un brevet Facebook portant sur l’étude d’une technologie pour activer le micro d’un smartphone à l’insu de l’utilisateur, afin d’enregistrer les sons environnants lorsqu’un message caché dans une publicité TV est capté par le téléphone. Le débat sur l’espionnage éhonté des citoyens par Facebook est relancé, bien que le réseau social de Mark Zuckerberg s’en défend corps et âme.  

Quand ils ne sont pas occupés à essayer de nous prouver en 2018 que la Terre est plate, que l’Homme n’est jamais allé sur la Lune ou que les grands dirigeants et esprits de la planète sont en réalité une race de lézards extra-terrestres, les complotistes cherchent à mettre en lumière les sombres intrigues qui se cachent dans le monde de la tech’. L’une des théories les plus répandues est que Facebook se la joue Big Brother à fond et espionne les conversations de ses utilisateurs via le micro de leur smartphone. L’idée étant de vous proposer des publicités basées sur le sujet que vous venez d’aborder.

Ça s’en va et ça revient, c’est fait de tout petits riens

Cette théorie, qui rappelons-le n’en est qu’une, a souvent été illustrée par les témoignages d’internautes ayant reçu des annonces ciblées après avoir parlé d’un produit dans le monde réel. Que ces anecdotes soient vraies ou fausses, gardez juste à l’esprit que sur Internet, on peut être n’importe qui, avoir fait n’importe quoi et subit à peu près tout ce qui existe. Attention, cela ne veut pas dire que l’on se range du côté de Mark Zuckerberg. Sous ses faux-airs de patron à la cool, le PDG de Facebook reste un homme d’affaires impitoyable avec une poule aux œufs d’or prolifique et des objectifs financiers annuels bien précis.

Bien entendu, Facebook a de maintes et maintes fois tenté de mettre fin au débat. Malheureusement, le récent comportement du réseau social de tonton Zuckerberg n’a pas joué en sa faveur. La rumeur est revenue en force sur le devant de la scène en avril dernier lorsque Mark Zuckerberg s’est retrouvé devant le Congrès américain à la suite du scandale sur les données personnelles Cambridge Analytica.

Comme le rappelle Slate, le patron de Facebook avait répondu par la négative lorsque le sénateur démocrate Gary Peters lui avait posé la question : « Facebook utilise-t-il le contenu audio obtenu sur les appareils mobiles de ses utilisateurs pour enrichir sa base de données personnelles ? »

Une réponse qui a rassuré une partie de la population, mais pas les complotistes qui avancent que Mark Zuckerberg aurait très bien pu mentir, ce dernier ne témoignant pas sous serment.

Brevet ou faux ?

Mais la nouvelle qui vient de faire l’effet d’une bombe dans le monde nébuleux des complotistes est la récente découverte d’un brevet Facebook par le journal Metro le 14 juin dernier. Ce dernier schématise la façon dont Facebook pourrait activer le micro de votre smartphone à distance pour enregistrer les sons alentour. Pour ce faire, l’entreprise diffuserait des sons sur une fréquence aiguë inaudible par l’Homme lors de spots publicitaires, par exemple, mais qui pourra être capté par un « appareil client ».

Crédit : Metro

L’idée a posteriori est de capter les réactions d’un « client potentiel » lorsqu’une publicité est diffusée à la télévision, pour lancer, ou non, un vague d’annonces ciblées sur sa page Facebook.

Crédit : Metro

Inutile de dire qu’une telle découverte suscite un véritable tollé sur la Toile. Interrogé par Mashable, Facebook a insisté sur son intention de ne pas se servir de cette technologie, et en a profité pour rappeler que le dépôt de brevets technologiques qui ont de fortes chances de ne jamais voir le jour était une pratique courante, notamment pour des raisons de compétitivité.

 

Source: Metro