L’IA de DeepMind peut détecter les maladies oculaires

Après deux ans à travailler en collaboration avec un hôpital ophtalmique, l’intelligence artificielle de  Google peut désormais détecter avec plus de 94% de précision, 50 types de maladies oculaires. Tremblez ophtalmologistes !

Orange Mécanique

On avait laissé DeepMind aux prises avec les robots tueurs après avoir écœuré les joueurs de Go et autre StarCraft. Depuis son rachat par Google en 2014 pour en faire sa filiale dédiée à l’intelligence artificielle, DeepMind a les moyens de ses ambitions et collectionne les succès. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle donne des sueurs froides aux spécialistes oculaires.

Avant cela, elle a fait ses classes au sein de l’hôpital ophtalmique de Moorfiels, au Royaume-Uni, en partenariat avec l’University College London, et englouti les scans 3D de quelque 7 500 patients, soit 15 000 yeux, et leur diagnostic. Grâce à ce travail d’apprentissage, les algorithmes de DeepMind peuvent à présent détecter « plus de 50 maladies oculaires » avec une grande précision : dans 94,5% des cas, l’IA est parvenue aux mêmes conclusions que les spécialistes, comme le révèle l’étude publiée le 13 août dernier dans la revue scientifique Nature Medicine.

Diagnostic et traitement

Grâce à une technologie 3D qui scanne la rétine, l’IA enregistre sa cartographie (3D) puis l’algorithme couplé à la tomographie en cohérence optique (OCT), une technologie d’imagerie médicale, se charge d’établir le diagnostic.

Bonus, et non des moindres, l’IA ne se limite pas à fournir de simples diagnostics, elle précise ce qui l’a conduit à établir ce diagnostic et elle délivre également des conseils aux patients afin de leur proposer les soins les plus adaptés à leur maladie (avec pourcentage de confiance sur le traitement proposé à la clé).

+ de 94% de précision

L’IA de DeepMind est-elle aussi bien qu’un humain ? Ça ne fait aucun doute pour le Dr Pearse Keane, consultant en ophtalmologie à l’hôpital Moorfields et chercheur à l’UCL : « L’algorithme est à la hauteur des résultats de spécialistes en matière de diagnostic des scans OCT ». À la clé ? Un gain de temps pour les médecins dans l’étude des examens pratiqués, l’établissement des diagnostics et la délivrance d’un traitement.

« Si nous pouvons diagnostiquer et traiter rapidement les problèmes oculaires, cela nous donne les meilleures chances de sauver la vue des gens. Avec des recherches plus poussées, cela pourrait conduire à une plus grande cohérence et qualité des soins pour les patients ayant des problèmes oculaires dans le futur », a estimé Pearse Keane dans un communiqué.

Faire sa place dans le secteur de la santé

Et malgré un taux d’erreur de 5,5 %, à aucun moment l’IA n’a affirmé qu’un patient n’avait pas de pathologie alors qu’il en avait une. Keane a notamment expliqué que l’algorithme recommandait des soins urgent ou semi-urgent lorsque l’œil était normal. Par ailleurs, le taux d’erreur de 5,5% est toujours inférieur à toutes les décisions données par les experts, sauf les spécialistes de la rétine qui bénéficient d’informations supplémentaires pour prendre leurs décisions.

Prochaine étape pour DeepMind et Morrfields ? Réaliser des essais cliniques du système TCO. Les médecins intéressés pourront travailler avec sur leurs propres patients, tout comme 30 centres hospitaliers britanniques, et ce, gratuitement, pendant 5 ans.

Fake news scientifiques, un fléau difficile à appréhender

 

 

Source: Wired