Cette lentille à aiguilles plantées dans l’œil promet de combattre la cécité

Science

Par Corentin le

Des chercheurs de Singapour ont mis au point des lentilles de traitement avec des micro-aiguilles à planter dans l’œil permettant de traiter les maladies oculaires qui menacent de rendre aveugle.

Une lentille avec des micro-aiguilles pour traiter la cécité

En lisant le titre et en voyant l’image, vous avez probablement eu mal aux yeux autant que moi. Cette lentille dotée d’aiguilles et destinée à être planté dans l’œil semble être une sorte d’instrument de torture, et pourtant, elle pourrait bien aider les personnes sur le point de devenir aveugles.

Des micro-seringues dans la cornée de l’œil pour soigner la cécité

Cette lentille développée par une équipe de chercheurs de Singapour a pour but de traiter les maladies oculaires comme le glaucome et la dégénérescence maculaire. A l’heure actuelle, ces maladies sont traitées avec des gouttes ophtalmiques. Le problème de ces dernières, c’est le manque de suivi et de précision du traitement ainsi que la méthode d’administration peu pratique, voire récalcitrante.

C’est pour répondre à ces problématiques que la lentille en question a été conçue : à sa surface, elle est parsemée de minuscules aiguilles dissolvables qu’il faut planter dans l’œil du patient. Les micro-aiguilles se comportent comme des seringues et sont constituées de deux couches : une couche externe qui délivre une première dose de gouttes, et d’une couche interne qui délivre une seconde dose de gouttes pendant plusieurs jours.

Une efficacité multipliée par six

Chen Peng, professeur à l’École d’Ingénierie Chimique et Biomédicale de l’Université technologique de Nanyang, explique : “par simple pression de la lentille sur l’œil, les petites aiguilles détachables peuvent pénétrer dans le tissu de la surface oculaire et servir de micro-réservoirs de médicaments implantés. La cinétique biphasique  de libération du médicament [l’administration en deux temps, ndlr] rendue possible par les micro-réservoirs à double couche améliore grandement l’efficacité thérapeutique.

Des essais ont été réalisés sur des souris avec des résultats concluants : “En utilisant la néovascularisation cornéenne comme modèle de maladie chez la souris, l’administration d’un anticorps monoclonal anti-angiogénique par le timbre oculaire peut réduire de 90 % la zone néovasculaire, ce qui est bien mieux que l’efficacité du médicament avec des gouttes oculaires, qui est d’environ 15 %“, poursuit le chercheur. En d’autres termes, l’utilisation de ces micro-aiguilles implantées dans la cornée permet de multiplier par six l’efficacité du traitement avec une guérison quasi totale.

Avant de commercialiser leur invention, les chercheurs cherchent à optimiser la composition et la rigidité des micro-aiguilles. Ils sont également à la recherche de collaborateurs pour effectuer des essais cliniques.