Ces visages ultra-réalistes sont artificiels : ils ont été créés par une IA de Nvidia

Intelligence artificielle

Par Corentin le

Nvidia a développé une intelligence artificielle qui crée des visages humains d’un réalisme saisissant et… inquiétant.

NVidia remet le couvert en matière d’intelligence artificielle, cette fois-ci en créant des visages humains artificiels particulièrement convaincants.

Ces personnes n’existent pas et sont le fruit d’une intelligence artificielle

Trois chercheurs en Intelligence Artificielle du géant américain ont présenté la semaine dernière le résultat de leurs travaux de recherches sur une nouvelle IA ayant pour but de créer des visages humains qui n’existent pas. Le résultat est surprenant de réalisme. Grâce à un réseau neuronal de type style-based GAN qui combine un Generative Adversarial Network (Réseaux Antagonistes Génératifs en français) et le principe du transfert de style.

Le système d’apprentissage machine GAN met en concurrence deux réseaux neuronaux aux fonctions bien distinctes. Le premier, le générateur, s’occupe de créer les images à partir des données reçues, tandis que le second, le discriminateur, s’occupe d’analyser les productions du premier et de l’alerter lorsque l’image produite est trop proche d’une image source. Ainsi les deux réseaux neuronaux s’améliorent mutuellement au fil du temps.

Ce qui rend les portraits particulièrement réalistes, c’est la manière dont les algorithmes analysent, décomposent et reconstruisent les visages. En effet, les chercheurs ont appris aux algorithmes à décomposer trois niveaux de “style” sur le visage, le haut niveau correspondant aux traits grossiers du visage, et le bas niveau correspondant à la couleur de peau, les taches de rousseurs, ou l’implantation des poils. Les niveaux correspondent en quelque sorte à l’attention portée par l’IA sur des caractéristiques plus ou moins détaillées d’un visage.

Plus réaliste, mais aussi plus économe

Cette nouvelle méthode de cartographie visuelle permet non seulement de gagner en réalisme, mais permet aussi aux ingénieurs de personnaliser à posteriori le visage artificiel final. Dernier atout majeur, la base de donné utilisée est beaucoup moins conséquente qu’à l’accoutumée. Là où les systèmes d’IA nécessitent généralement des centaines de milliers ou des millions d’image, cette IA s’est contentée de s’alimenter de 70 000 photos libres de droit en haute définition récupérées sur Flickr et ajustées en 1024×1024 pixels.

Nvidia prévoit de rendre open source le code de son IA ainsi que la banque de portraits artificiels, mais espère en retirer des bénéfices indirects pour ses cartes graphiques qui sont l’une des pièces maîtresses de l’intelligence artificielle.