Inégalités : les géants de la Tech en tête du classement OXFAM

politique

Par Julie le

Depuis le mardi 22 janvier, se tient le 49e forum économique mondial à Davos. Pendant quatre jours, chefs d’états, ONG et chercheurs se réunissent pour débattre, notamment, de problèmes autour de la santé, l’environnement. L’organisation non-gouvernementale l’OXFAM profite de cette opportunité pour tirer la sonnette d’alarme. Dans son rapport du 21 janvier 2019, l’ONG dénonce une augmentation des richesses de 12 % chez les milliardaires alors qu’on enregistre une chute de 11 % chez la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Les G.A.F.A.M. se retrouvent en tête du classement avec l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, PDG d’Amazon.

Alors qu’en 2010, 388 personnes détenaient autant de richesses que la moitié la plus pauvre de l’humanité, les inégalités se sont creusées: aujourd’hui l’équivalence se fait avec les 26 personnes les plus fortunées seulement, alerte Oxfam.

Parmi ces personnalités, 9 ont fait fortune dans le domaine de la technologie. On retrouve sans surprise les G.A.F.A.M (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) qui font l’objet d’un projet de taxation proposé par Bruno Lemaire, ministre de l’économie. Une taxe dont le taux devrait être modulé “en fonction du chiffre d’affaire avec un maximum de 5%” et qui devrait toucher “toutes les entreprises représentant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros au niveau mondial et 25 millions d’euros en France”.

La taxation est d’ailleurs au cœur du rapport d’Oxfam et plus spécifiquement ceux qui cherchent à la contourner grâce à des moyens légaux ou non. Début janvier, Google avait ainsi été pointé du doigt pour avoir déplacé 20 milliards d’euros aux Bermudes au moyen d’un stratagème fiscal complexe mais complètement légal.

L’optimisation fiscale dénoncée

Le rapport d’Oxfam dénonce d’ailleurs les problèmes posés par les techniques d’optimisation fiscale. L’ONG propose de dresser une liste des paradis fiscaux et d’exiger que les multinationales “paient des impôts correspondants à leurs activités réelles”.

L’organisation estime que si toutes ces mesures sont appliquées, les gouvernements seront  à même de financer plus justement les services publics et de les rendre accessible à tous.

Une réponse à “Inégalités : les géants de la Tech en tête du classement OXFAM”

  1. difficile aujourd’hui pour moi de me passer de ses services , malgres mon soutien a cette asso depuis des annees … les alternatives existent mais les habitudes sont dures a changer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *