La Casa de Papel fait frémir les moustaches de la Fondation Dali

Série

Par Henri le

Le succès phénoménal de la série espagnole a de quoi rendre fiers nos voisins ibériques. Mais la fondation Dali n’est pas vraiment de cet avis.

À moins d’être allergique aux séries, il est bien difficile d’être passé à côté de l’engouement provoqué par La Casa de Papel. Porté par un marketing assez agressif, le show est rapidement devenu un des plus regardés de la plateforme.

On y suit une équipe de braqueurs bien décidée à récupérer le jackpot en s’attaquant à la Fabrique nationale de monnaie de Madrid. Comme dans Point Break (et ses « ex-présidents »), les membres portent des masques évocateurs, représentant le peintre Salvador Dali. Le roi du surréalisme y est représenté les yeux écarquillés, ses célèbres moustaches pointant vers le haut.

Tout comme le Guy Fawkes de V pour Vendetta, ce masque a rapidement été repris lors de moments festifs, mais aussi par certains mouvements sociaux, voire pire, lors de véritables braquages. Une appropriation culturelle dont la fondation Gala-Dali, créée en 1983 à la demande de l’artiste lui-même, se serait bien passée.

Le site du quotidien El Pais indique en effet que cette dernière aimerait réguler l’utilisation et la vente du masque en question. Elle réclame donc des comptes à l’équipe de production de la série et vient de lancer une procédure juridique pour mieux contrôler la reproduction de caricatures de Dali. La fondation précise qu’il ne s’agit pas d’une question d’argent.

La production se défend en expliquant que « le masque peut effectivement rappeler l’artiste, mais que tout le monde peut avoir une telle moustache, même si Dali l’a effectivement popularisé ». Certains membres proches de la production ont même confié au journal que « la série représente le meilleur marketing pour Dali dans le monde entier ». On aurait aimé connaitre l’avis du peintre, particulièrement friand de ce genre de sorties médiatiques.