Trottinettes électriques: une étude évalue leur dangerosité

Urban Mobility

Par Anne Cagan le

Peu d’accidents graves mais une proportion significative de blessures à la tête.

Les trottinettes électriques sont si simples à utiliser qu’on oublie parfois toute prudence dessus. Fin 2018, Le Parisien faisait ainsi état d’un bond de 23% du nombre de blessés en un an. Des chercheurs de l’université de Californie ont eu l’idée d’évaluer leur dangerosité dans une étude relayée par Les Numériques, en se basant sur les chiffres des services d’urgence de deux hôpitaux de Los Angeles. Un périmètre évidemment restreint mais qui apporte un éclairage intéressant.

Première conclusion de leur enquête? Les trottinettes électriques sont un peu plus dangereuses que les vélos. Entre le 1er septembre 2017 et le 31 août 2018, les biclous étaient à l’origine de 195 blessures plus ou moins graves contre 249 pour ces engins.

Peu d’accidents graves

Les accidents concernent en majorité le conducteur de l’appareil. Seuls 8% des personnes sont des piétons percutés par une trottinette électrique, ayant trébuché dessus, etc. Dans les 92% cas restants, la personne s’étant présentée aux urgence est celle qui utilisait la trottinette.

Peu d’accidents graves sont à déplorer : seules 2 personnes sur 249 ont dû être admises en soins intensifs. La majorité des usagers présentaient des fractures, des contusions et des entorses. A noter cependant que si la loi impose le port du casque dans beaucoup de villes, seuls 4.4% des conducteurs en portaient un alors que 40% des blessures sont situées au niveau de la tête. Un chiffre qui montre à quel point cet équipement de protection peut s’avérer utile.