Facebook payait des 13-25 ans pour accéder à toutes leurs données personnelles

Apple

Par Corentin le

Facebook à nouveau dans la tourmente pour une affaire d’utilisation des données personnelles, cette fois-ci ciblant les jeunes utilisateurs.

Encore un nouveau scandale pour Facebook ? D’après les informations du média américain TechCrunch, le réseau social aurait créé un programme de collecte de données volontaire et rémunéré. Le programme ciblait des jeunes utilisateurs âgés de 13 à 25 ans qui pouvaient être rémunérés jusqu’à 20 $ / mois pour installer une application Facebook Research qui surveillait leurs activités téléphoniques et Web pour les communiquer à Facebook.

Cette application, dont Facebook a confirmé l’existence et le fonctionnement à TechChrunch, se révèle fonctionner de manière similaire à une application de VPN Onavo Protect que le réseau social avait racheté en 2013. Celle-ci aspirait déjà les données d’utilisation et de navigation de ses utilisateurs mais sans les rémunérer, ce qui a valu à l’application de se faire supprimer de l’AppStore l’été dernier pour violation des conditions d’utilisation des données personnelles de l’AppStore.

Full access

L’application Facebook Research pointée du doigt aujourd’hui a esquivé les contraintes de l’AppStore en rémunérant les personnes acceptant de communiquer leurs données. Elle demandait à l’utilisateur la permission d’installer un certificat à la racine des iPhone, qui donnait à Facebook la possibilité d’accéder aux messages, mails, recherches sur le web, et bien d’autres choses encore. L’application pouvait aussi demander de fournir, par exemple, une capture d’écran de leur historique de commandes sur Amazon.

Le problème, c’est que de type de certificat est initialement réservé aux entreprises fournissant un téléphone professionnel à leurs employés, et n’aurait jamais dû se retrouver dans une application accessible à tous sur l’AppStore. Autrement dit, Facebook a une nouvelle fois violé la politique d’accès aux données personnelles des utilisateurs d’iPhone, et risque bien de se voir son application Facebook Research bannie de l’AppStore d’ici peu. Il n’est pas non plus à exclure qu’Apple décide de lancer une action en justice contre son compatriote…