Le cofondateur de Facebook charge Mark Zuckerberg et appelle à démanteler la firme

Sur le web

Par Remi Lou le

Celui qui a aidé Zuckerberg a co-créer Facebook appelle aujourd’hui à démanteler le réseau social, qui dispose, selon lui, d’un monopole dangereux et qui sacrifie la vie privée de ses utilisateurs.

En 2004, Chris Hughes et Mark Zuckerberg créaient Facebook dans une chambre d’étudiant de l’Université d’Harvard. 15 ans plus tard, Facebook est utilisé par plus d’un tiers de la population mondiale. Si on ne peut contredire le succès du réseau social, le pouvoir qu’a acquis l’entreprise au fil des ans peut effrayer.

« Le pouvoir de Mark Zuckerberg est sans précédent et anti-américain »

Celui qui a aidé Zuckerberg a créer Facebook appelle aujourd’hui à démanteler le réseau. Il accuse l’actuel boss de Facebook de sacrifier la vie privée des utilisateurs tout en ayant écrasé la concurrence à coup de rachats. Aujourd’hui, il considère que le réseau social est en abus de position dominante.

« Mark Zuckerberg a créé un Léviathan qui élimine l’esprit d’entreprise et restreint le choix des consommateurs », écrit Chris Hugues

Le cofondateur de Facebook ne manque pas de qualificatifs pour désigner celui qui fut autrefois son ami. Selon lui, Mark Zuckerberg est malgré tout « un être humain. Mais c’est son humanité même qui rend son pouvoir, hors de contrôle, si problématique. »

Course aux clics et monopole absolu

Mais ce qui le met hors de lui, c’est le sacrifice de la vie privée au profit d’une « course aux clics » effrénée. Une situation pour laquelle Zuckerberg devrait être tenu responsable devant le gouvernement, selon Hugues.

Par ailleurs, le cofondateur de Facebook indique que le réseau social dispose aujourd’hui d’un monopole dangereux. Avec près de 2,7 milliards d’utilisateurs par mois sur Facebook, ainsi qu’Instagram et Whatsapp, qui ont tous deux été rachetés par la firme de Zuckerberg, l’entreprise regorge de pouvoir. Tellement de pouvoir que Hugues appelle à démanteler la firme « dans un délai court », et évoque une menace d’un procès anti-monopole devant les tribunaux.

Ce n’est pas la première fois qu’on appelle à démanteler Facebook, même si le statut de cofondateur Hugues donne un poids particulier à l’argumentaire. Récemment, Elizabeth Warren, candidate démocrate à la prochaine élection présidentielle américain, a indiqué vouloir démanteler les mastodontes du numérique, et plus particulièrement Facebook, si elle venait à être élue.

Source: engadget