Chernobyl : Énervée par le show d’HBO, la Russie va produire sa propre série sur l’accident

Série

Par Henri le

La série retraçant la terrible catastrophe nucléaire de Tchernobyl ne plait pas aux autorités russes. Un nouveau show devrait donc être mis en chantier pour expliquer leur version de l’incident.

Sortie dans une relative indifférence, l’excellente série Chernobyl (notre critique) caracole désormais en tête des classements IMDB, Metacritic et Rotten Tomato. Produite par HBO, elle a conquis le public grâce à cinq épisodes tout en tension, permettant de mieux appréhender la catastrophe nucléaire de la centrale de Tchernobyl.

Un succès que la Russie ne voit pas d’un très bon œil. Il faut dire que le pouvoir soviétique, en déliquescence durant ces années-là, est épinglé pour sa gestion catastrophique de l’évènement. Les populations environnantes, qui n’ont été évacuées que plusieurs jours après l’explosion du réacteur, ont ainsi été touchées inutilement par des taux de radioactivité très élevés (on vous laisse découvrir le reste). Cependant, Craig Mazin, le réalisateur, met également en avant les nombreuses erreurs typiquement humaines qui ont mené à l’accident. Sa série n’est donc pas complètement à charge.

La guerre froide a beau être terminée, le pays compte bien réagir. L’Express nous apprend ainsi que la chaîne russe NTV a déjà mis en chantier une contre-série sur le même sujet. Et le sujet risque d’être épineux, car cette dernière veut expliquer que la catastrophe est en fait un acte de sabotage fomenté par des agents de la CIA. Alexei Muradov, qui va la réaliser s’est expliqué dans une interview.

« Une théorie assure que des Américains avaient infiltré la centrale nucléaire de Tchernobyl et plusieurs historiens ne nient pas que le jour de l’explosion, un agent des services d’espionnage ennemis était présent dans la centrale »

Une réaction qui peut paraître tirée par les cheveux, surtout en ce qui concerne un accident si documenté. On a donc hâte de voir ce que la chaine russe nous prépare, notamment pour constater quels sont les torts qu’elle accepte d’imputer à sa gestion de l’accident. En ce sens, elle pourrait offrir un éclairage supplémentaire intéressant.