Etude IFOP : qui sont les nouveaux radins ?

Business

Par Amandine Jonniaux le

Passer des heures à rechercher LA bonne affaire, collectionner les bons de réduction et les tickets cadeaux… Une nouvelle étude IFOP, réalisée pour Radins.com se penche sur les nouvelles formes de radineries. 

Crédits Disney

Économes assumés ou pingres maladifs ? Le site Radins.com s’est récemment intéressé aux nouveaux radins, ces Français toujours à l’affût de la moindre promotion ou du petit bon plan qui fait plaisir. Sans surprise, le radin 2.0 ne collectionne plus forcément les bons de réductions offerts en caisse (même si 64% des sondés considèrent cette habitude comme appréciable chez un potentiel conjoint), mais va plutôt préférer aller chiner sur Internet pour dénicher la bonne affaire au meilleur prix. Un comportement exacerbé chez les jeunes de moins de 25 ans, qui sont 83% à privilégier les bonnes affaires au moment de passer en caisse.

Si aujourd’hui, le radin semble assumer pleinement son côté économe, l’étude IFOP dévoilée ce matin dévoile aussi les comportements les plus exaspérants chez nos amis grippe-sous. En tête de liste, le fait de s’arranger pour ne pas payer l’addition au restaurant en “s’éclipsant” discrètement au moment de sortir la carte bleue. De quoi vous faire passer (à raison) pour une personne “infréquentable” pour 55% des sondés. Autre habitude plus courante, mais tout aussi exaspérante, le fait de toujours demander une cigarette à ses amis ou à ses collègues, de toujours choisir les restaurants bénéficiant de réduction, ou encore de ne pas laisser de pourboire au serveur après un repas.

Heureusement, être économe n’est pas toujours un défaut, et de plus en plus de Français revendiquent désormais leur talent pour dénicher les meilleurs plans. 81% des personnes interrogées expliquent ainsi attendre les soldes pour faire de bonnes affaires, notamment en ce qui concerne les voyages et les cadeaux. 78% expliquent d’ailleurs privilégier les activités gratuites en cas de sortie, comme les musées publics ou les parcs par exemple. De quoi rassurer les 51% de Français, qui ont déjà eu à subir les réflexions et les moqueries de leur entourage sur leur radinerie.