Des chercheurs ont inventé un Tetris multijoueur qui se contrôle par… la pensée

Science

Par Remi Lou le

Le dispositif mis au point par ces chercheurs de l’Université de Washington permet à trois joueurs de collaborer à la simple force de leur esprit dans un Tetris-like.

Des chercheurs de l’Université de Washington décrivent dans une étude une innovation assez extraordinaire : une interface permettant à plusieurs joueurs de collaborer en utilisant seulement leur esprit. L’interface répond au nom de BrainNet, et il s’agit, selon les chercheurs, de « la première interface directe cerveau-à-cerveau non invasive pour la résolution collaborative de problèmes ».

Communiquer par la pensée ? C’est possible grâce à BrainNet

Afin de mettre en lumière le fonctionnement de cette interface prometteuse, les chercheurs ont décidé de tester BrainNet sur un Tetris-like dans lequel trois joueurs doivent collaborer pour réussir. Ainsi, un des joueurs est capable de manipuler les blocs mais ne voit pas le bas de l’écran, quand les deux autres peuvent voir l’écran mais ne peuvent en aucun cas manipuler les blocs. Bien sûr, les joueurs sont séparés les uns des autres et placés dans des salles différentes.

Crédits : Université de Washington

Et comme les humains ne peuvent pas se transmettre leurs pensées, le jeu se serait tout simplement révélé impossible sans l’aide de BrainNet. Ainsi les joueurs qui voient la totalité de l’écran peuvent simplement répondre par « oui » ou par « non » quand une pièce leur est présentée. Seulement, ils ne le font pas par la voix ou un bouton, mais par l’esprit. Le jeu leur demande ainsi de se concentrer très fort sur la bonne réponse, et un casque doté d’un électroencéphalogramme placé sur leurs têtes interprète la réponse cérébrale pour la transmettre au joueur qui peut manipuler les blocs. Seulement, celui-ci doit également valider sa réponse par « oui » ou par « non » par la pensée, équipé du même type de dispositif.

Crédits : Université de Washington

Certes, le Tetris-like mis au point par ces chercheurs n’est sans doute pas le jeu le plus fun du monde, puisque la partie s’arrête systématiquement en l’attente d’une réponse d’un autre joueur. Cependant, cette innovation représente une percée majeure dans le domaine des interfaces cerveau-à-cerveau, d’autant que les chercheurs ont dénombré un taux moyen de réussite s’élevant à près de 81%.