Lune artificielle, robots gladiateurs… bienvenue à Neom, la méga-cité saoudienne à 500 milliards de dollars

Intelligence artificielle

Par le

Quand on pense hub technologique à grande échelle, on pense souvent à la Silicon Valley, à Shenzhen, à Taipei, à Boston… Mais pas forcément aux pays du Golfe. Et pourtant, il serait présomptueux de les exclure d’office de la course à la technologie de pointe, car ils disposent d’un argument de poids : une puissance financière colossale construite à grands coups de pétrodollars. Et souvent, cette richesse est affichée au travers de projets pharaonique, comme la fameuse tour Burj Khalifa à Dubaï.

Aujourd’hui, le dernier projet hors-norme nous vient d’Arabie Saoudite. D’après le Wall Street Journal, le régime de Mohammed Ben Salmane aurait prévu de faire émerger du désert une gigantesque mégalopole ultra high-tech à 500 milliards de dollars ! Et les premiers détails sont saisissants : sur le papier, cette ville baptisée Neom serait un hub technologique sans commune mesure avec tout ce que l’on connaît aujourd’hui, même dans les mégalopoles les plus connectées du monde comme Tokyo. Ici, on parle d’un étrange mélange de cyberpunk dystopique (des caméras de surveillance avec intelligence artificielle partout) et de divertissements façon pop-culture japonaise (une île façon Jurassic Park avec des robot-dinosaures !). Une dualité pour le moins étonnante, qui illustre bien la portée quasi-infinie de milliards de dollars en or noir.

Mais les ambitions de la famille royale ne s’arrêtent pas là, loin s’en faut. Pour s’assurer de pouvoir attirer “les plus grands esprits et les meilleurs talents”, MBS a mis les petits plats dans les grands : voici quelques extraits du programme. Neom serait plantée au milieu d’un désert ? Qu’à cela ne tienne, il suffit d’ensemencer des nuages pour générer de la pluie. Pour se déplacer dans la ville, “aucune route ou trottoirs”, dixit le prince Fahd Bin Sultan. A la place, il vous suffira d’emprunter l’un des nombreux taxis volants, un peu comme ceux prévus à Paris pour les JO, à disposition. L’ère de la conduite pour le transport est révolue : la seule raison valable pour toucher un volant sera la conduite sportive.

La conduite ne sera pas la seule concernée par cette automatisation. En fait, les robots seront absolument partout : qu’il s’agisse de cuisine, de corvées, de transport, il y aura nécessairement un androïde capable de le faire pour vous. Et tous n’auront pas vocation à rendre service. D’autres seront uniquement là pour divertir, comme des robots gladiateurs… ou des robots dinosaures qui peupleront une île façon Jurassic Park. D’après les prévisions du régime, Neom devrait d’ailleurs compter plus de robots que d’humains ! Et s’ils sont peu nombreux, ces derniers seront en tout cas bien cadrés au moyen d’un vaste réseau de surveillance : des milliers de caméras, fixes ou montées sur des drones, embarqueront toutes une technologie de reconnaissance faciale et d’autres outils d’intelligence artificielle avancée.

Ceux qui resteront sages et échapperont à la traque aux contrevenants pourraient bénéficier d’un programme d’eugénisme positif basé sur l’ingénierie génique. L’objectif ? Créer un “nouveau mode de vie”, en augmentant la force et le QI des citoyens… Et notamment de “super-étudiants”, qui seraient d’ailleurs pris en charge intégralement par des professeurs holographiques, eux aussi basés sur une IA. On ne peut s’empêcher de penser à la ville d’Opportunity, la ville-paradis peuplée de robots créée par Handsome Jack dans la série Borderlands. Mais le pompon reste le projet de Lune artificielle. Comme pour le reste du projet, il n’y a évidemment quasiment aucun détail sur la façon dont le régime compte s’y prendre… mais cela illustre particulièrement bien la disproportion de l’entreprise.

Construire un futur loin des énergies fossiles

Le projet avait été annoncé en grande pompe par MBS en 2017, et prévoit de faire de Neom la première ville au monde en termes de PIB sur une zone de la taille de l’état du Massachusetts, d’après The Verge. Outre l’argument technologique particulièrement mis en avant, il s’agira également d’une vaste zone résidentielle, mais surtout d’un énorme hub commercial avec usines, industries de robotique et biotechnologie… Neom est un projet incroyablement ambitieux, qui pourrait bien tenir en partie du fantasme. Mais force est de constater que quand les pays du Golfe mettent les moyens, ils obtiennent souvent des résultats… surtout que l’avenir du pays tout entier se joue sur ces questions.

Mohammed Ben Salmane a beau être un personnage sulfureux, cela ne l’a pas empêché de cerner avec beaucoup de pragmatisme les enjeux qui attendent cette monarchie. Son immense richesse s’est construite quasi-intégralement sur les énergies fossiles, une économie qui commence à s’essouffler lentement mais sûrement. Depuis quelques années, MBS a lancé un vaste plan visant à s’affranchir de cette dépendance à l’or noir pour conserver leur place sur la scène internationale quand celui-ci viendra à manquer. Il y a donc fort à parier que ce programme en apparence démesuré finisse par aboutir, que ça soit sous la forme actuellement prévue ou non.