Après les Powerpacks, voici les Megapacks de Tesla

Business

Par Antoine le

Après avoir réussi un coup de com’ retentissant à l’aide de ses batteries Powerpack, Elon Musk et Tesla voient toujours plus grand. Ils mettent au point une nouvelle batterie à la capacité délirante, destinée à être implantée au sein des réseaux de distribution électrique.

© Tesla

Vous aviez certainement entendu parler du Powerpack, la batterie Li-ion de Tesla. Ces grosses batteries n’ont certainement pas vocation à alimenter votre lampe d’appoint ou votre appareil photo, mais à être intégrées dans un réseau de distribution électrique. L’un des objectifs est de pouvoir mobiliser l’électricité de ces batteries lorsqu’un problème survient sur le réseau et que l’énergie vient à manquer.

Ces batteries ont été propulsées sur le devant de la scène fin 2016, lorsque l’Australie a traversé un épisode météorologique très violent qui a causé d’importants dégâts sur les infrastructure de distribution électrique. Résultat : 1.7 millions d’australiens plongés dans le noir. Malcolm Turnbull, le premier ministre conservateur, n’a pas raté l’occasion de porter le blâme sur la politique énergétique du pays, de plus en plus tournée vers les énergies renouvelables. Ce à quoi un officiel de Tesla s’est empressé de répondre que l’entreprise pourrait produire assez de batteries en 100 jours pour régler complètement le problème.

Le premier ministre s’est empressé de le prendre au mot, et l’histoire s’est transformée en véritable pari en bonne et due forme quand Elon Musk a rajouté son grain de sel, conformément à sa réputation :

Résultat : un pari remporté haut la main en par Tesla en explosant la deadline, un gros contrat en proche, et un coup de communication retentissant comme le gourou de Tesla et SpaceX en a le secret.

Des batteries toujours plus grosses au service de la transition énergétique

Et puisqu’Elon Musk n’est jamais effrayé à l’idée d’employer des préfixes toujours plus ambitieux pour ses produits, après le Powerpack, voici le Megapack ! Cette nouvelle batterie aurait une capacité 3 MWh (!) , soit plus de 10x les 210 kWh de son prédécesseur.

Ces batteries peuvent être directement connectées à une source d’énergie solaire, et chacune sera reliées à un hub de contrôle central. En cas d’excès, une IA nommée Autobidder devrait automatiquement vendre le surplus aux infrastructures qui en manquent. Là encore, il ne s’agit pas de construire gros pour le principe, mais ces Megapacks auront une vraie utilité pratique.

PG&E a déjà annoncé qu’il les utiliserait à la place de ses “peakers” au gaz. Les peakers sont des infrastructures de production d’énergie au rôle particulier : elles servent à produire de l’énergie en urgence, pour pallier un manque qui mettrait la production en danger. En remplaçant les peakers traditionnels par des batteries rechargées à l’énergie solaire, cela pourrait non seulement être très bénéfique d’un point de vue environnemental mais également économique, puisque le coût d’opération des peakers est faramineux – “plusieurs millions de dollars” par jour, d’après Engadget.

Alors que la production d’électricité renouvelable a dépassé celle issue du charbon aux États-Unis, démocratiser ce genre ce systèmes pourrait être une stratégie extrêmement rentable pour Tesla, en plus des avantages écologiques. En effet, l’énergie renouvelable présente souvent le même défaut : la production est loin d’être aussi constante et prévisible que dans des centrales plus classiques. Il y a donc un vrai besoin d’une infrastructure de stockage et de distribution performante, qui va certainement continuer à croître avec le temps. Il semble que Tesla ait parfaitement compris cet enjeu, et se place donc de manière très agressive sur ce créneau.

Au point de revenir avec un Gigapack ou un Ultrapack d’ici quelques temps ? Peut-être, si quelqu’un se décide à lancer un pari sur Twitter !

Source: Engadget