Facebook a-t-il tenté d’étouffer la concurrence en la rachetant ?

apps

Par Olivier le

Les pratiques de Facebook sont toujours dans le collimateur du régulateur du commerce aux États-Unis. Après avoir infligé au réseau social une amende de 5 milliards de dollars, la FTC s’intéresse maintenant à ses acquisitions.

Si Facebook est devenu incontournable, c’est non seulement parce que le réseau social offre des services indispensables à bon nombre de ses utilisateurs, mais aussi parce qu’il n’a cessé d’acheter des entreprises qui auraient pu devenir de sérieux rivaux.

La politique du carnet de chèques

Imaginons un instant qu’Instagram (acheté par Facebook un milliard de dollars en 2012) ou WhatsApp (19 milliards en 2014) aient poursuivi leur route en dehors de la tutelle du réseau social de Mark Zuckerberg. Peut-être que ces services seraient devenus suffisamment puissants pour inquiéter Facebook et son business très profitable de publicité ciblée.

C’est du moins le soupçon de la Federal Trade Commission, qui veut en savoir plus sur les pratiques de Facebook dans ce domaine. L’enquête, qui a été confirmée par l’entreprise, devra donc déterminer si la politique du carnet de chèque a permis à Facebook d’éliminer des concurrents, privant ainsi les utilisateurs de services innovants.

À travers les années, Facebook a acheté environ 90 entreprises. Instagram et WhatsApp sont parmi les plus connues, mais il y a également Onavo, un VPN qui moissonnait les données de ses utilisateurs et qui a permis au groupe de Mark Zuckerberg de se rendre compte à quel point les Stories de Snapchat étaient populaires. Poussant ainsi Facebook à copier la fonction dans ses propres applications…

La FTC n’en a donc pas terminé avec Facebook. Il faudra sans doute plus qu’une grosse amende pour forcer le réseau social à adopter de meilleures pratiques.