Trump exhume une « preuve » douteuse contre Google

politique

Par le

Le président des États-Unis Donald Trump a effectué une nouvelle charge contre Google, qu’il accuse d’avoir favorisé sa rivale Clinton lors des élections de 2016. Il peine cependant à convaincre, car il se base sur une étude à la solidité plus que discutable.

Au crépuscule de son premier mandat de président des Etats-Unis, la formule n’a pas changé : Donald Trump se révèle toujours aussi prompt à sauter sur la moindre bribe d’information qui le conforte dans ses positions. Il en a à nouveau fait la démonstration, en exhumant un “nouveau” rapport à la méthodologie pour le moins douteuse.

Ce fameux rapport explique que le géant du Net aurait manipulé des résultats de recherche pour convaincre entre 2,5 et 10 millions d’internautes de voter Clinton plutôt que Trump. Mais cette étude qui “vient de sortir” selon le président date en fait de 2017. Et ce n’est pas le seul biais que l’on puisse trouver dans cette nouvelle offensive de l’ancien magnat de l’immobilier. Cette étude, qui émane d’un psychologue nommé Robert Epstein, peine à fournir un quelconque argument tangible qui puisse corroborer les affirmations de Trump. Et pour cause : elle se base sur les recherches Google de 95 personnes réparties dans 24 états (sur 50) sur une période de 25 jours, pour démontrer un “biais” en faveur d’Hillary Clinton dans les recherches Google lors des élections. En somme, cette étude porte sur un paramètre à la variabilité extrême, mesuré sur un ensemble très restreint de sujets mal répartis et sur une durée très limitée, publiée dans un journal sans relecture par les pairs (Hackernoon).

Cela représente bien trop de fragilités pour pouvoir tirer la moindre conclusion de cette étude. Epstein a d’ailleurs admis à CNN ce lundi  que Trump s’était “trompé”, et qu’il n’y avait “aucune preuve que Google ait “manipulé” les résultats en faveur de Clinton”. Le président des États-Unis a déjà prouvé par le passé qu’il était coutumier de ce type d’invective, surtout dès que le nom de Google apparaît dans l’équation. Trump a régulièrement accusé l’entreprise d’orchestrer une vaste campagne de décrédibilisation à son encontre. En juillet, il avait accusé Google de collusion avec le gouvernement chinois, et annoncé l’ouverture d’une enquête. L’année dernière, il s’était déjà plaint des résultats des moteurs de recherche, selon lui “truqués” en faveur des démocrates et contre les républicains conservateurs (dont il fait partie).

Source: CNN