Encore plus de pub à la TV : l’arrivée d’une 3e coupure devrait être autorisée

Cinéma

Par Jason Mathurin le

Le ministre de la Culture veut assouplir la réglementation de la publicité à la télévision, en permettant notamment aux chaînes de diffuser une troisième page de pub pendant les films de plus d’1h30. Certaines de ces mesures pourraient prendre effet début 2020.

Crédits: Pixabay

Le projet de réforme de l’audiovisuel qui sera présenté en novembre prochain prévoit d’assouplir « fortement les règles encadrant la publicité », a annoncé Franck Riester le ministre de la Culture. Concrètement, cela signifie plus de pub à la télévision. Le gouvernement veut notamment autoriser les chaînes à diffuser une troisième coupure publicitaire pour les films de plus d’1h30, au grand dam des téléspectateurs, comme l’ont rapporté nos confrères aux Numériques. Une aubaine pour les chaînes françaises, telles que TF1 et M6, qui avaient déjà formulé ce souhait auparavant. Les publicités seraient quant à elles, plus ciblées et géolocalisées aux quatre coins de l’Hexagone. Les téléspectateurs parisiens ne se retrouveraient donc pas avec la même grille publicitaire que les Marseillais ou les Lillois. Certaines de ces mesures pourraient prendre effet dès début 2020.

Autre nouveauté sur la table : le gouvernement veut que les plateformes de SVoD outre-Atlantique financent le made in France. Netflix et Amazon Prime Video, pour ne citer qu’eux, pourraient devoir céder 16% de leur chiffre d’affaires national pour financer les films et les séries françaises. Le ministre de la Culture prévoit aussi la fusion du CSA, gendarme français de l’audiovisuel, qui dernièrement jouait le rôle de médiateur dans le conflit opposant SFR et Free, avec la Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet), afin de lutter contre les fake news et la haine en ligne. Un projet qui balaye d’un revers de la main les rumeurs d’une fusion avec l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Même si rien n’a été évoqué par le ministre de la Culture en personne, nous assisterons vraisemblablement à la création d’une holding rassemblant le des sociétés audiovisuelles publiques – France Télévisions, Radio France, France Médias Monde et l’INA – comme l’a indiqué le quotidien 20 Minutes. Une fusion qui permettrait au paysage audiovisuel français de se calquer sur le modèle saxon; une sorte de « BBC à la française ».