Cannabis : un joint peut affecter la conduite pendant 13 heures

Science

Par marie le

Une étude française dévoile les effets de la consommation occasionnelle et chronique de cannabis sur la conduite.

Vigicann, c’est le nom de l’étude visant à déterminer les conséquences de la consommation du cannabis, qu’elle soit occasionnelle ou chronique sur les conducteurs. Avec une ligne directrice : se rapprocher au maximum de la réalité. Le cannabis « de bonne qualité », selon les chercheurs, fourni par la police, était bien réel, tout comme les consommateurs, divisés en deux groupes : les occasionnels et les chroniques. « Pour la plupart des études, on utilise des sprays ou des décoctions. Là, on montre réellement ce qui se passe dans la vraie vie, avec du cannabis fumé, ce qui est important du point de vue médical », déclare Jean-Claude Alvarez, spécialiste de pharmacologie et toxicologie.

Lors de l’étude , relayée par Science et avenir, les cobayes devaient se rendre dans un simulateur de conduite, après avoir consommés leur dose de cannabis. Les chercheurs ont ainsi pu déterminer précisément dans quelle mesure cette drogue allonge le temps de réaction. Fait intéressant :  l’effet dure plus longtemps chez les consommateurs occasionnels (un ou deux joints par semaine), que chez les consommateurs réguliers (un à deux joints par jour) : 13 heures pour les premiers et 8 heures pour les deuxièmes. L’étude a également mis en valeur différentes manières de fumer : « Les chroniques tirent davantage sur les joints, car cela leur fait moins d’effet et ils ont besoin d’une dose supérieure », déclare Jean-Claude Alvarez.

Cette étude sert de prise de conscience autour des risques qu’implique le cannabis. Bien que celui-ci soit illégal en France, il est malgré tout très présent. En 2016, 752 personnes ont été tué sur les routes lors d’un accident impliquant un conducteur sous stupéfiants. L’usage de l’herbe est impliqué dans plus de 23% des accidents mortels de la route en 2017. « La conduite sous l’emprise du cannabis double le risque d’être responsable d’un accident mortel » averti la sécurité routière. « En 2017, l’Office français des drogues et de la Toxicomanie (OFDT) rappelait que le cannabis, qui altère les réflexes et les temps de réaction au volant, est consommé par plus de 5 millions de personnes (au moins une fois dans l’année) et près de 700 000 de manière quotidienne. »