L’emoji “OK” rejoint la liste des symboles haineux sur le web

politique

Par Amandine Jonniaux le

Quel est le point commun entre une croix gammée, Pepe the Frog et l’emoji “Ok” ? Ils appartiennent tous les trois à la désormais longue liste des symboles racistes et haineux établie par l’ADL, l’Anti-Defamation League américaine. 

Si l’emoji “Ok” est souvent utilisé au premier degré, pour signifier “tout va bien”, le symbole apparaît depuis quelques années dans un registre bien différent, celui du mouvement suprématiste blanc. Le constat paraît assez étonnant, et pourtant, comme l’explique la BBC, la Ligue Anti-diffamation américaine vient de classer le symbole au rang de symbole haineux, au même titre que le salut nazi, ou les signes de ralliement du Ku Klux Klan. Selon l’organisme, la position de la main lorsque le pouce et l’index se rejoignent représenterait en effet l’abréviation “WP” pour White Power. “Nous pensons que la police et le public doivent être pleinement informés de la signification de ces images, qui peuvent servir de premier signal d’alerte pour la présence d’ennemis dans une communauté ou une école”, explique l’ADL, qui appelle tout de même à ne pas tirer de conclusions trop hâtives quant à l’utilisation de ce symbole, qui reste encore souvent utilisé à des fins inoffensives. 

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le désormais sulfureux emoji “Ok” fait parler de lui. En France il y a quelques mois, Marine Le Pen avait créé la polémique en faisant le geste aux côtés du leader conservateur estonien Ruben Kaalep. Elle avait par la suite retiré la photo des réseaux sociaux, arguant qu’elle ne connaissait pas la signification du symbole. Un peu plus tôt cette année, le suprémaciste blanc à l’origine du massacre de Christchurch en Nouvelle-Zélande avait également affiché le signe raciste lors de son procès. À l’origine simple plaisanterie postée sur 4chan pour faire croire au grand public et aux médias que l’emoji “Ok” était porteur de toute une symbolique haineuse, l’idée semble avoir réellement séduit les groupuscules extrémistes.