D’après Huawei, la 6G fonctionnera « dans l’espace » et elle sera 100 fois plus rapide que la 5G

Sur le web

Par Remi Lou le

Alors que tous les yeux sont rivés vers la 5G, qui s’apprête à débarquer en France, Huawei travaille déjà sur la 6G et nous le fait savoir. L’actuel PDG de la division mobile de la firme a profité d’une interview pour dévoiler les premiers débits théoriques de la future norme réseau, et on vous prévient, ça décoiffe.

Bien que la 5G ne soit pas encore implantée dans nos contrées, cela n’empêche pas Huawei de se projeter dans l’avenir. La firme, malgré ses déboires avec le gouvernement de Donald Trump, reste toujours l’un des grands leaders mondiaux de la nouvelle norme réseau, et compte bien le rester lorsque la 5G cédera sa place à la 6G. Pour ce faire, Huawei travaille déjà sur la prochaine norme réseau, et a d’ores et déjà ouvert un laboratoire de test au Canada afin d’établir les normes de cette technologie.

Bien que l’apparition de la 6G soit encore bien lointaine, le PDG de Huawei, Richard Yu, a profité d’une interview pour CCTV, repérée par Phonandroid, afin de nous en apprendre plus sur l’avancée des travaux autour de la 6G, et c’est prometteur.

La 6G sera accessible « dans l’air, l’espace, la terre et la mer »

Selon l’actuel dirigeant de la firme chinoise, la 6G devrait totalement bouleverser nos usages, avec des débits près de 100 fois supérieure à ceux de la 5G, proposant elle-même des débits bien supérieurs à ceux que l’on connaît actuellement avec la 4G (mais après tout, c’est logique). Pour ce faire, Richard Yu a expliqué que la 6G se reposera sur des ondes comprises entre 100 GHz et 30 THz. Surtout, ces débits ébouriffants seront accessibles « dans l’air, l’espace, la terre et la mer », selon les dires du PDG de Huawei.

Richard Yu estime que le déploiement de la 6G débutera dans 10 ans, et que cette norme apportera son lot de promesse, notamment dans le secteur des véhicules autonomes, de l’internet des objets ou encore de la domotique. Pour autant, avant de s’imaginer en 2030, contentons-nous déjà de la 5G qui débarque l’année prochaine en France, et ses promesses déjà plutôt satisfaisantes en terme de vitesse.