Un homme atteint de la pathologie du “Joker” salue la performance de Joaquin Phoenix

Cinéma

Par marie le

Atteint de la même maladie qu’Arthur Fleck dans le film Joker, Scott Lotan fait l’éloge de la performance de Joaquin Phoenix.

Depuis la sortie du film Joker de Todd Philipps dont le succès est immense, Joaquin Phoenix a reçu une pluie d’éloges pour sa performance. L’acteur “incarne à la perfection ce personnage en marge de la société, toujours en décalage avec le monde, un pas à côté des normes. Le jeu de l’acteur illustre à la perfection cette caractéristique marquante d’Arthur Fleck”, écrivions-nous d’ailleurs dans notre critique.  Mais la prestation de l’acteur n’a pas été saluée que par les critiques ciné. Un Américain de 47 ans, Scott Lotan qui souffre de la même maladie que le personnage d’Arthur Fleck a ainsi fait un éloge appuyée de la performance de l’acteur.Atteint de cette maladie rare et peu connue appelée le syndrome pseudo-bulbaire, Scott Lotan indique ainsi dans une interview à LADbibble : “c’était comme se regarder dans un miroir”.

Selon Scott Lotan, l’acteur montre avec brio cette incapacité de s’arrêter de rire, peu importe les circonstances” avec laquelle il doit vivre au quotidien. Il explique dans l’interview que ces longues crises de rire sont incontrôlables “Il arrive qu’on me demande de quitter un bar ou un restaurant car le personnel est mal à l’aise (…) Le regard des gens est vraiment pesant au quotidien. On essaye d’expliquer mais ils ont souvent tendance à vous étiqueter comme drogué ou fou dangereux. Je pense que l’acteur montre très bien ce sentiment d’isolement et de frustration que l’on ressent face au manque de compréhension des gens » Ce témoignage permet de mettre en lumière la vérité d’une maladie particulièrement handicapante et de mesurer encore une fois le talent de l’acteur. 

Pour ceux que le sujet intéresse, le psychiatre Jean-Victor Blanc, dont l’ouvrage Pop et psy vient de sortir, participera à une conférence au MK2 Beaubourg à partir du samedi 19 octobre, au cours de laquelle il analysera les comportements du personnage d’Arthur Fleck et la maladie du Joker.