Les astronautes de l’ISS viennent de cuisiner leurs premiers cookies spatiaux

Espace

Par Amandine Jonniaux le

Faire cuire des cookies aux pépites de chocolat directement dans l’espace, c’est désormais possible pour les scientifiques de l’ISS. 

Après l’amarrage réussi du vaisseau cargo Cygnus à bord de la Station Spatiale Internationale, la NASA a confirmé une avancée de taille pour les astronautes présents. En effet, le chargement du vaisseau en question comprenait, en plus des divers équipements et ressources nécessaires à la survie de l’équipage, un four ainsi qu’une boîte de pâte à biscuit permettant de réaliser des cookies au chocolat. Une grande première initiée par la chaîne hôtelière DoubleTree by Hilton et Zero G Kitchen, qui promet déjà d’être couronnée de succès, pour le plus grand bonheur des occupants de l’ISS. Préparés et cuits à près de 400 km de la Terre, ces premiers cookies spatiaux pourraient ainsi marquer une étape importante dans la diversification alimentaire des astronautes rappelle le site de Slashgear, seulement quelques mois après l’arrivée des macaronis au fromage au menu des prochaines expéditions spatiales sur Mars.

Crédits Double Tree by Hilton

Si l’opération sobrement baptisée Cookies in Space est avant tout un joli coup de communication de la part de la filière Hilton, elle promet aussi une “ouverture de la frontière spatiale” indiquait il y a quelques mois Ian Fichtenbaum, le cofondateur de Zero G Kitchen. Jusqu’à présent, il n’était pas possible de cuire des aliments de manière classique en raison de la microgravité présente dans l’habitacle de la Station spatiale. Pour réussir ces premiers cookies de l’espace, il aura ainsi fallu concevoir un tout nouveau four équipé de plateaux empêchant la pâte de flotter. Malgré ce bel exploit, les astronautes ne pourront pas encore profiter de cookies fraîchement préparés. Les biscuits ont en effet pour vocation de retourner sur Terre après leur cuisson, afin que les scientifiques de la NASA puissent étudier les effets de la cuisson en microgravité.