Joy-Con Drift : L’UFC Que Choisir veut attaquer Nintendo pour obsolescence programmée

Jeux Vidéo

Par Amandine Jonniaux le

On pensait que l’épineuse affaire des Joy-Con Drift avait fini par se tasser, mais l’association de consommateurs UFC Que Choisir vient de mettre en demeure le constructeur japonais de réparer gratuitement les manettes défectueuses de ses Nintendo Switch, sous peine d’entamer des poursuites judiciaires.

Crédits Nintendo

La guerre est déclarée entre l’Union française de consommateurs et Nintendo. Alors que depuis plusieurs mois, de récurrents problèmes au niveau des Joy-Con empêchent les joueurs de profiter correctement de la console de Big N, la marque n’avait jusqu’à présent pas déployé de dispositif particulier pour résoudre le problème. Avec un simple service après-vente qui proposait de remplacer les manettes défectueuses par des neuves moyennant 45€ (ou de renvoyer les Joy-Con d’origine pour 15€) l’entreprise japonaise se retrouve aujourd’hui accusée d’obsolescence programmée par l’UFC Que Choisir, qui explique dans un communiqué, relayé par 01net : “Les manettes Joy-Con souffrent de défauts de fonctionnement récurrents. Plusieurs témoignages ont porté à notre attention une grosse défaillance du joystick directionnel”. Des pannes qui surviennent “quelques mois après l’achat, et quel que soit le profil du joueur” dénonce l’organisme, qui pointe également du doigt le fait que les Nintendo Switch Lite, pourtant sorties en septembre 2019, ne souffrent de problèmes similaires.

Alors que les consommateurs débutent leurs achats de Noël, l’UFC Que Choisir vient donc d’adresser une mise en demeure au constructeur japonais, en enjoignant ce dernier à remplacer ou réparer gratuitement les Joy-Con qui s’avèrent défectueux. Sans action concrète de la part de Nintendo, l’association promet qu’elle “ne manquera pas d’agir en justice”. En attendant, les consommateurs concernés sont invités à se manifester via l’appel à témoin lancé par l’UFC Que Choisir, afin de détailler leur expérience face aux bugs récurrents liés à la console de Big N, et sur l’éventuelle prise en charge de l’entreprise.