La plus vieille histoire jamais racontée a été découverte dans une grotte en Indonésie

Science

Par Felix Gouty le

Des cochons sauvages énormes et des humains à tête d’oiseau ou corps de singe : tels sont les protagonistes de la fiction la plus ancienne jamais découverte. Des chercheurs australiens l’ont déniché dans une grotte en Indonésie dont les parois ont été datées à 44 000 ans avant aujourd’hui.

Une grotte en Indonésie avec de l'art préhistorique.
Crédits : Griffith University.

La chasse était toujours ouverte. La panique avait gagné les cochons sauvages et les anoas, des buffles de petite taille, de l’île de Célèbes (Sulawesi) en Indonésie. Ces animaux étaient pourchassés par des êtres bipèdes armés de lances. Néanmoins, il était difficile de les qualifier d’être humains : certains ont un bec d’oiseau et d’autres, une queue de singe… Cette histoire, aux frontières de la réalité, est la plus ancienne jamais découverte à ce jour. Des archéologues et paléontologues australiens de l’université de Griffith l’ont décrypté à partir de peintures rupestres retrouvés sur les murs d’une grotte, creusée naturellement dans une paroi rocheuse à plusieurs mètres du sol. Grâce aux dépôts minéraux, amenés par l’eau dans la caverne, les scientifiques ont réussi à dater cette œuvre d’art préhistorique : elle serait vieille de 43 900 ans, au minimum. A titre de comparaison, les célèbres peintures rupestres de la grotte de Lascaux, en France, sont datées entre 18 000 et 13 000 ans avant notre ère. Quant au plus vieux dessin, quoique abstrait, jamais découvert, il est vieux de 65 000 ans et provient d’une caverne d’hommes de Néanderthal en Espagne.

Les dessins peints à la main par ces hommes préhistoriques indonésiens au Pléistocène représentent des animaux dans des proportions anormalement grandes. De plus, les chasseurs dirigés contre eux ne sont effectivement pas tout à fait humains – à l’image des figures mythologiques égyptiennes. Les chercheurs les nomment thérianthropes ou zooanthropes. Ainsi, cette histoire ne serait pas simplement la description d’une scène de chasse ordinaire, mais peut-être une première représentation spirituelle. Autrement dit, ces peintures seraient la plus ancienne fiction jamais découverte. “Les images de thérianthropes identifiées au site Sipong 4 de Leang Bulu pourraient incarner la preuve la plus ancienne de notre capacité à concevoir et imaginer des choses et des êtres qui n’existent pas dans le monde naturel, un concept primitif de religion, déclare le chercheur australien Adam Brumm, dans un communiqué. L’art des premiers Indonésiens pouvait exprimer une réflexion spirituelle sur le lien particulier entre l’humain et l’animal bien avant les peintures préhistoriques retrouvées en Europe.”

Selon Maxime Aubert, autre chercheur chargé de cette étude publiée dans Nature, “la capacité à inventer des histoires fictives constitue peut-être la dernière et la plus cruciale des étapes de l’histoire évolutive du langage humain et de notre perception cognitive.” Malheureusement, cette découverte inestimable n’est pas à l’abri de la détérioration (contrairement à la grotte de Lascaux, désormais protégée des visites et interférences extérieures). L’humidité semble ruiner les parois de la caverne et effacer les peintures. Les chercheurs réfléchissent actuellement à un moyen de les conserver des affres du climat.

Lascaux. Le Geste, l'espace et...
12 Commentaires
Lascaux. Le Geste, l'espace et...
  • 280 Pages - 03/21/2013 (Publication Date) - Le Seuil (Publisher)