Il y a environ 18 millions d’années, un perroquet géant vivait en Nouvelle-Zélande

Science

Par Henri le

Des paléontologues ont fait une découverte étonnante sur un oiseau aux proportions impressionnantes. Un ancêtre des perroquets d’aujourd’hui.

L’histoire met parfois du temps à dévoiler ses secrets. C’est ce que révèle la revue Biology Letters, qui indique que des analyses de fossiles découverts en 2008 près de Saint Bathans (au centre de l’Ile-du-Sud de la Nouvelle-Zélande) ont prouvé l’existence de perroquets géants il y a plusieurs millions d’années de cela. Le pays est d’ailleurs connu pour abriter des oiseaux particulièrement imposants.

La zone en question est connue pour être particulièrement riche en fossiles datant du Miocène, une ère remontant de 5 à 23 millions d’années. Pendant des années, les paléontologues estimaient qu’il s’agissait d’une patte d’aigle et n’y avaient pas vraiment prêté attention.

Mais un récent examen a permis de découvrir qu’il s’agissait d’une autre espèce : un perroquet mesurant près d’un mètre de long (soit environ 90 à 90 cm de hauteur) et pesant environ 7 kilos ! Impressionnés par ses dimensions, ils ont décidé de le surnommer Heracles Inexpectatus, en référence au mythe d’hercule. Il était peut-être trop imposant pour savoir voler. Mike Archer, qui travaille au Centre de recherches de paléontologie de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud s’est confié à l’AFP sur cette découverte.

Hercule, le plus grand perroquet connu, disposait sans aucun doute d’un bec énorme qui pouvait ouvrir en deux tout ce qu’il voulait et il a fort bien pu se régaler d’autre chose que de la nourriture habituelle des perroquets, peut-être même d’autres perroquets

Crédits : Canterbury Museum / Paul Schofield

Un animal exceptionnel puisqu’il devait être deux fois plus imposant que le Kakapo, la plus grande espèce de perroquet actuelle (hélas en voie de disparition). Cette superbe découverte en laisse entrevoir d’autres, comme le confirme Archer.

« Nous fouillons ces dépôts fossiles depuis vingt ans et chaque année nous apporte des révélations sur de nouveaux oiseaux ou d’autres animaux. […] Il y a sans aucun doute bien davantage d’espèces inattendues à découvrir. »

C’est tout ce qu’on leur souhaite !