Mark Zuckerberg met en place des mesures pour combattre le coronavirus sur Facebook

politique

Par Felix Gouty le

Alors que Google et Microsoft ont mis à disposition leurs services de bureautique pour permettre aux personnes en quarantaine de travailler, Facebook a décidé de contribuer, lui aussi, à la lutte contre l’épidémie de coronavirus SRAS-CoV-2. Le réseau social de Mark Zuckerberg délivre de nombreux messages informatifs, élimine les “fake news” et aide la recherche médicale.

Crédits : Flickr / Alessio Jacona.

Chaque jour, plus d’1,6 milliards de personnes à travers le monde utilisent Facebook. Par conséquent, le réseau social créé par Mark Zuckerberg constitue une véritable plateforme de communication internationale pour informer quantité d’internautes sur certains sujets internationaux – comme celui de l’épidémie actuelle de pneumonie virale, COVID-19. Dans ce contexte, Facebook ne fait pas que combattre les “fake news” et les publicités mensongères (incitant les utilisateurs à acheter de faux remèdes) qui pullulent sur les fils d’actualité. Son cofondateur a annoncé, au sein d’une longue publication sur son profil officiel, que son entreprise mettait d’ores et déjà à disposition des utilisateurs de nombreux portails d’information et plus encore. Cette épidémie “constitue désormais un défi mondial et le mois dernier, nous avons travaillé avec les autorités de santé pour formuler notre réaction”, explique Mark Zuckerberg. “Nous avons pour priorité de faire en sorte que chaque utilisateur puisse avoir accès à des informations précises et légitimes. Ceci est important dans n’importe quelle situation d’urgence, mais d’autant plus lorsque des précautions peuvent être prises pour réduire le risque d’infection.”

D’une part, Facebook s’est garnie de plusieurs bannières d’information, qui renvoient les utilisateurs inquiets ou curieux vers des portails officiels du ministère de la santé de son pays ou le site de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’un se manifeste très tôt au niveau du fil d’actualité tandis qu’un autre apparaît après avoir recherché “coronavirus” sur le portail de recherche Facebook (voir ci-dessous). À noter que ces messages informatifs ne figurent que dans les pays présentant des cas avérés de transmissions inter-humaines du coronavirus SRAS-CoV-2 et/ou des décès.

D’autre part, par le biais de sa fondation Chan Zuckerberg Initiative (CZI), Mark Zuckerberg déclare avoir, en partie, permis au Cambodge de financer ses recherches sur le virus, afin que ses chercheurs puissent séquencer son génome et améliorer sa détection chez ses citoyens. La CZI a aussi mis à disposition des données anonymisées issues des activités et déplacements d’utilisateurs de Facebook. Celles-ci permettraient actuellement aux autorités médicales de mieux anticiper l’évolution de la densité de populations de certaines zones à risque. Enfin, la fondation de Mark Zuckerberg a offert un accès à la communauté scientifique à ses propres études sur les cellules du corps humain, en particulier les cellules pulmonaires, pour contribuer à la recherche médicale.