Le comportement des consommateurs français pendant l’épidémie révèle une augmentation spectaculaire des ventes dans le secteur du jeux vidéo !

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Revolut révèle des données montrant comment le changement de comportement des consommateurs français en matière de dépenses a évolué durant la pandémie de coronavirus. Ces données internes sont basées sur les transactions des plus d’un million de clients de français de Revolut entre le 1er mars et le 8 avril.

La ruée vers les jeux vidéos

Tout en haut des commerçants bénéficiant de la conjoncture actuelle, le secteur du jeu vidéo est en pleine expansion avec Steam, Nintendo et Playstation connaissant les trois plus fortes augmentations du nombre de transactions effectuées tous secteurs confondus, les personnes confinées profitant probablement du temps passé à la maison pour jouer plus souvent aux jeux vidéo que d’ordinaire.

Les transactions sur les différents services de streaming tels que Netflix (+31%) et Spotify (+27%) sont également à la hausse, tout comme les services de livraisons (Amazon +18%, AliExpress +18%), malgré des délais de commande plus long qu’à l’habitude.

Enfin, les plateformes de livraisons de repas s’en sortent relativement bien, voyant leurs nombre de transactions augmenter sensiblement comme Uber Eats (+6%) ou rester stable avec Just Eat (-0,2%).

Les courses alimentaires diminuent en fréquence, mais le panier moyen augmente

Les données de transactions indiquent que les consommateurs français vont moins souvent faire leurs courses au supermarché, mais qu’ils y dépensent plus qu’à l’accoutumée afin de limiter leurs déplacements. Alors que les supermarchés voient tous leur fréquentation baisser, les montants dépensés pour les courses alimentaires sont en forte hausse :

Les catégories des restaurants (-82,7%), des transports (-75,6%) et des loisirs (-89,4%) sont en très forte baisse

L’instantané des données de dépense des clients de Revolut confirme que les bars, les restaurants et les chaînes de restauration rapide ont subi de fortes réductions du nombre de transactions, avec KFC (-54%), Subway (-54%), McDonald’s (-52%) et Burger King (-51%) parmi les plus touchés.

Les magasins de détail sont également fortement impactés. Les chaînes d’habillement comme Zara (-56%), Primark (-55%) et H&M (-47%) ont vu leurs nombre de transactions fortement diminuer, tandis que les secteurs du voyage et des transports sont également dans le rouge en raison des restrictions de déplacement imposées par le confinement. Contrairement à la longue grève de fin 2019 et début 2020, les vainqueurs de l’époque sont cette fois aussi fortement touchés avec Uber (-40,3%), Lime (-60,1%) et Dott (-50,1%) naviguant dans les mêmes eaux que la RATP (-59,5%) et la SNCF (-51,2%).

À LIRE AUSSI SUR CE SUJET Notre comparatif des neobanques

Les paiements par carte en face à face ont diminués, les transactions en ligne en hausse après une baisse initiale

Les récentes mesures de confinement signifient que beaucoup moins de personnes ont dépensé avec leurs cartes. Cela a fortement réduit les paiements par carte physique dans toutes les catégories de dépenses, le nombre de transactions par carte physique ayant chuté de 73 % depuis le début du mois de mars.

Entre le 1er et le 25 mars, le nombre de transactions en ligne a diminué de 30 %. Bien que cette baisse ne soit pas aussi importante que celle des transactions physiques, elle indique qu’en général les gens ont moins dépensé en ligne sur cette période, peut-être en raison d’une prudence économique ou d’un moindre goût pour la consommation dans les jours précédant le confinement et au début de celui ci. En revanche depuis le 25 mars et jusqu’au 8 avril, le nombre de transactions en ligne a fortement augmenté de 62,8%. Après la baisse initiale certainement liée à l’incertitude ambiante, les français se sont adaptés à leur nouvel environnement et nous pouvons observer une hausse totale de 12,7% des transactions en ligne depuis le 1er mars.

A noter également qu’avec les annulations de voyages et la fermeture de nombreuses frontières, le nombre de transactions de change de devises a chuté de 25,9% entre le 1er mars et le 8 avril, tandis que les montants échangés ont diminué de 19,3 %.

Découvrir la banque Revolut

*Nombre de transactions (%): Nombre de transactions réalisées chez le commerçant par les clients français de Revolut entre le 1er mars et le 8 avril
**Montant dépensé (%):  Montant dépensé chez le commerçant par les clients français de Revolut entre le 1er mars et le 8 avril