Une nouvelle découverte remet en question notre vision de ce dinosaure iconique

Science

Par Felix Gouty le

Pendant des années, les paléontologues n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur le mode de vie d’un des plus grands dinosaures prédateurs que la Terre ait jamais portée. Une récente découverte, réalisée au Maroc, vient de mettre fin à ce débat : le Spinosaure était complètement adapté à la vie aquatique.

Crédits : Durbed / Creative Commons.

« C’est un super-prédateur, plus grand que le T. rex », déclarait le Dr. Alan Grant dans Jurassic Park III. S’il s’avère que ce paléontologue fictif voyait juste, ce n’est aujourd’hui plus pour les bonnes raisons. En effet, contrairement au plus célèbre Tyrannosaurus rex, le Spinosaure, et en l’occurrence Spinosaurus aegyptiacus, n’avait rien d’un grand carnivore terrestre. Après des décennies de débat, les véritables paléontologues peuvent aujourd’hui l’affirmer : le Spinosaure était un dinosaure aquatique. Le chercheur américain Nizar Ibrahim, de l’université de Detroit Mercy, et ses collègues le prouvent dans une nouvelle étude qui fait cette semaine la Une de la prestigieuse revue scientifique, Nature.

Lors de fouilles menées dans le désert marocain, le paléontologue et son équipe ont mis au jour une impressionnante collection de restes du squelette fossilisé d’un Spinosaure, dont une grande partie de son immense queue. Il constitue à ce jour le plus complet squelette de cette espèce, après la perte d’un premier échantillon durant la seconde guerre mondiale. Cette découverte a permis au chercheur de repenser, de tester et de valider l’hypothèse selon laquelle non seulement ce gigantesque dinosaure carnivore était en réalité piscivore mais surtout, à l’instar des crocodiles actuels, vivait le plus clair de son temps dans et sous l’eau. Après avoir reconstitué les portions du squelette découvertes au Maroc, les paléontologues ont modélisé ce à quoi devait ressembler sa queue et l’ont reproduit sous la forme d’une miniature en silicone (voir la vidéo ci-dessous). Ils ont ensuite simulé sa capacité de propulsion et l’ont comparé à celles de la nageoire caudale d’autres reptiles et amphibiens connus. La structure de la queue du Spinosaure, aux vertèbres fines mais allongées, lui conférait en réalité une flexibilité et une efficacité de propulsion proche de celle du triton, animal adapté entièrement à la vie aquatique. Conclusion : le Spinosaure n’était pas qu’un pêcheur occasionnel mais chassait sans doute ses proies sous l’eau ou depuis l’eau, comme un crocodile.

La fin d’un débat de plusieurs décennies

« Ces nouvelles informations remettent en question non seulement ce que nous savions sur ce dinosaure mais aussi sur ce que nous pensions possible chez les dinosaures, souligne Nizar Ibrahim dans un communiqué. Elles infirment l’idée préconçue que les dinosaures non-aviens n’ont jamais envahi l’écosystème aquatique. » Et si, finalement, des dinosaures comme le Brachiosaure, au long cou, ou le Parasaurolophus, à bec de canard, vivaient eux aussi le plus clair de leur temps dans l’eau, comme nous le soupçonnions au siècle dernier ? La question est épineuse mais la réponse, comme celle concernant le Spinosaure, pourrait retourner la communauté scientifique sur son axe.