PlayStation Network : Sony condamné à verser 2,4 millions de dollars d’amende

Général

Par Remi Lou le

Sony Interactive Entertainement Europe – en charge de l’assistance du PlayStation Network en Australie – a reçu une amende d’ampleur s’élevant à 2,4 millions de dollars après avoir refusé de rembourser des titres dématérialisés.

Crédits : @InspiredImages via Pixabay

En Australie, Sony s’est vu infliger une amende d’ampleur pour avoir pratiqué, selon la Commission Australienne de la Concurrence et de la Consommation (ACCC), des « pratiques trompeuses » sur le PlayStation Network. De ce fait, Sony est condamné à verser la somme de 3,5 millions de dollars australiens – soit environ 2,4 millions de dollars – pour son manquement aux droits des consommateurs. L’ACCC accuse en effet Sony d’avoir promulgué des « déclarations fausses et trompeuses sur son site web et lors de ses échanges avec des consommateurs australiens au sujet de leurs droits en matière de consommation. »

L’affaire touche Sony Interactive Entertainement Europe – qui prend également en charge l’Australie (oui, comme à l’Eurovision) – et cible l’achat de titres dématérialisés sur la boutique en ligne de PlayStation. Quatre clients avaient contacté le service client après avoir acheté des titres sur le PlayStation Network, lesquels se sont avérés défectueux. Or, la nouvelle politique de PlayStation, mise en place il y a tout juste un an, stipule que la plateforme n’a pas à rembourser un jeu après que celui-ci ait été téléchargé, ou plus de 14 jours après l’achat, et cela même si le titre s’avère défectueux.

La Commission Australienne de la Concurrence et de la Consommation a jugé que cette pratique n’était pas en accord avec la loi australienne sur la consommation, poussant Rod Sims, président de la Commission, à déclarer que « les consommateurs peuvent obtenir une réparation, un remplacement ou un remboursement directement auprès des vendeurs pour les produits présentant un défaut majeur et ne peuvent pas simplement être renvoyés vers un développeur », tout en précisant que ceux qui « achètent des produits numériques en ligne ont exactement les mêmes droits que s’ils effectuaient l’achat dans un magasin physique. »

Source: Kotaku