Les écolos ont-ils raison de redouter la 5G ?

Télécom

Par Antoine Gautherie le

Suite à la percée historique des écologistes aux dernières élections municipales, il est plus légitime que jamais de replacer la 5G au centre du débat public. Mais à quelques mois de son déploiement, les certitudes sur lesquelles se baser ne se bousculent toujours pas au portillon.

© mohamed Hassan – Pixabay

Le bilan des dernières élections municipales est sans appel : les grands gagnants sont sans aucun doute les écologistes, qui ont réalisé une percée historique en France. Une vague que peu de monde avait anticipé, même dans les rangs des verts, et qui a ramené la question sur la 5G au  premier plan du débat public. Car beaucoup d’élus issus de courants écologistes ont fait de leur opposition à la 5G un véritable cheval de bataille.

Le premier aspect invoqué par les écologistes, c’est le volet santé publique. Car à l’heure actuelle, nous ne disposons toujours d’aucun argument suffisant pour conclure à l’innocuité de la 5G. Celui qui est majoritairement invoqué dans ce cas, c’est celui du principe de précaution pourtant si cher à la médecine française, et qui est complètement passé à la trappe dans le cadre de la 5G. Cela signifie-t-il qu’elle est dangereuse ? Certainement pas, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elle est inoffensive et c’est là tout le cœur du problème. A l’heure actuelle, nous ne disposons toujours pas des données qui permettraient d’affirmer avec certitude que ces ondes seraient nocives ou inoffensives pour l’être humain. Une position bien résumée par Olivier Faure, premier secrétaire du PS ce matin sur France Info : “Je ne sais pas si la 5G est dangereuse ou pas. Je ne vous dis pas que c’est plus dangereux que la 4G. Je vous dis simplement que je comprends qu’il y ait aujourd’hui des gens qui s’interrogent et que nous avons besoin parfois de nous interroger avant d’avancer”.

Des arguments écologiques très discutés

Le second volet très discuté, c’est celui de l’impact écologique de la 5G, en premier lieu en termes de consommation énergétique. Il est aujourd’hui de notoriété publique que l’impact du numérique sur l’environnement est de plus en plus important et la question est donc parfaitement légitime. Un porte-parole d’Orange interrogé par 01Net relativise cependant cet aspect de la question : « Les nouvelles antennes 5G seront plus performantes, explique-t-il. Elles n’émettront qu’à la demande. C’est-à-dire seulement aux moments où les terminaux en auront besoin afin de permettre une utilisation plus efficace de l’énergie”.

Il est tout à fait vrai que sur la majorité des appareils et infrastructures électriques, les performances énergétiques ont  été améliorées au fil des itérations successives. Il n’y a pas de raison que les antennes-relais fassent exception, et on peut effectivement s’attendre à ce que la dernière génération soit en progrès par rapport aux antennes actuelles. En revanche, la situation est sans doute plus complexe et moins manichéenne que ne laisse entendre l’opérateur, impliqué dans le déploiement de la 5G à tous les étages. En premier lieu parce qu’il est tout à fait envisageable que l’accès à des débits toujours plus élevés désinhibe encore davantage les consommateurs, et que l’impact écologique soit de fait revu à la hausse. En effet, il ne faut pas oublier que même si un ordinateur, un smartphone ou une antenne relais n’émettent pas un épais panache de fumée, cela ne signifie pas qu’ils ne polluent pas. En remontant la chaîne, on constate effectivement que chaque clic d’un utilisateur participe effectivement à cette pollution en sollicitant le réseau. D’autant qu’il faudra bien remplacer une partie des appareils en circulations, rendus obsolètes par le passage à cette technologie.. ce qui implique d’en payer le coût environnemental.

La 5G : un outil à utiliser avec responsabilité

Cela signifie-t-il que l’impact de la 5G sur l’environnement va forcément être catastrophique ? A l’heure actuelle, il est impossible d’être catégorique. Ce qui est certain, c’est qu’il existe effectivement de nombreux signaux d’alarme. Il faudra les prendre en compte dans nos habitudes de consommation pour limiter leur impact, avec un raisonnement du type de celui que l’on tient pour la voiture par exemple. Paradoxalement, la 5G pourrait d’ailleurs nous offrir de nouveaux outils pour gérer ces risques. Il existe évidemment bien d’autres angles sous lesquels aborder cette question mais vous l’aurez compris : la situation de la 5G se prête très mal aux conclusions hâtives ou manichéennes, quelle que soit la position défendue. Toutes les hypothèses que nous pouvons formuler se devront d’être ré-examinées à la lumière d’études beaucoup plus poussées. Il ne faut pas non plus oublier que la 5G sera sans doute une technologie qui aura un impact économique significatif. Certains pays, comme les Etats-Unis et la Chine, l’ont d’ailleurs érigée en priorité absolue.

Source: 01net