Twitter désactive une vidéo de Donald Trump, suite à une plainte de Linkin Park

Sur le web

Par Felix Gouty le

Une vidéo de campagne, postée par l’un des membres de la Maison Blanche, a été désactivée sur Twitter après avoir été partagée par le président Donald Trump. Cette « censure » intervient suite à une violation des droits d’auteur, signalée par le groupe Linkin Park.

Le conflit Twitter-Trump continue ! Samedi 18 juillet, Twitter a désactivé puis supprimé du fil de publications du président le retweet d’une vidéo postée initialement par Dan Scavino, en charge des réseaux sociaux pour la Maison Blanche. Cette vidéo de campagne électorale pour Donald Trump était accompagnée d’une bande-son utilisant l’une des chansons du groupe Linkin Park. L’exploitation de cette dernière aurait cependant été réalisée sans l’autorisation des auteurs. Par conséquent, suite à une plainte du groupe, la vidéo a été très rapidement désactivée par Twitter. Pour preuve, celle-ci n’apparaît plus sur la publication d’origine de Dan Scavino, ci-dessous, mais statue simplement que « le média a été désactivé suite à un signalement du détenteur des droits d’auteur. »

Sur son propre compte Twitter officiel, le légendaire groupe américain de rock alternatif confirme (ci-dessous) avoir déposé une demande de mise en demeure et retrait de la vidéo pour violation des droits d’auteur. Le porte-parole du groupe affirme que ce dernier « n’a jamais soutenu et ne soutient pas Donald Trump, et n’autorise aucunement son organisation à utiliser l’une de ses chansons. » A noter que cette plainte est intervenue seulement quelques jours avant le triste anniversaire des trois ans du suicide du chanteur du groupe, Chester Bennington.

De son côté, un représentant de Twitter s’est adressé à l’agence de presse Reuters (relayée par Le Monde) attestant de la validité de cette plainte envers le président américain. « Nous répondons aux plaintes valables pour atteinte aux droits d’auteur qui nous sont adressées par les propriétaires de ces droits ou leurs représentants agréés », a souligné le réseau social à l’oiseau bleu. Ni la Maison Blanche ni Donald Trump lui-même n’ont réagi à cette nouvelle censure. Pour rappel, ce n’est pas la première fois que le président et son équipe de communication violent la réglementation en matière de droits d’auteur. Par le passé, des groupes comme Queen ou les Rolling Stones s’en sont déjà plaints.

Source: Le Monde