Espace : la Russie lancerait des missiles depuis ses satellites

Espace

Par Olivier le

Ce n’est pas encore la guerre des étoiles, mais on s’en rapproche. Le 15 juillet, la Russie aurait lancé un missile projeté depuis un de ses satellites, selon les autorités britanniques et américaines. Il s’agissait d’un test qui n’a rien détruit, mais qui prépare le terrain à des attaques dans l’espace.

Crédit : Free-Photos, Pixabay
Crédit : Free-Photos, Pixabay

En novembre 2019, la Russie a placé sur orbite deux satellites, Cosmos 2542 et Cosmos 2543, dans la mission officielle est de contrôler le statut des autres satellites russes. Mais ce 15 juillet, l’US Space Force, cette nouvelle branche de l’armée américaine chargée des opérations militaires spatiales, a repéré qu’un projectile avait été lancé depuis Cosmos 2543.

Guerre dans l’espace

Ce lancement suspect a été constaté après que Cosmos 2543 a passé tout près d’un autre satellite russe. C’était un moyen, toujours selon les autorités américaines, de tester les capacités du lanceur à attaquer un satellite passant à proximité. Le projectile a été flashé à près de 650 km/h, ce qui correspond à une vitesse classique pour un missile.

Ce n’est pas la première fois que la Russie teste le lancement de missiles depuis l’espace. Beaucoup soupçonnent le pays d’avoir déjà expérimenté une telle opération en février 2017. Il n’existe aucune preuve que le projectile a atteint une quelconque cible, ni dans le premier cas, ni dans le second. Néanmoins, c’est un signal très clair que la Russie poursuit activement le développement de systèmes de défense spatial, selon le général John Raymond, le chef du Space Command.

« Le système de satellites russes utilisé pour effectuer ce test d’armes en orbite est le même système dont nous nous sommes inquiétés en début d’année », relève-t-il. Un des satellites russes avait manœuvré près d’un satellite américain. Côté anglais, on demande à la Russie de se montrer « responsable » et d’éviter de procéder à de tels tests. Ces opérations « menacent l’usage pacifique de l’espace », s’alarme le Royaume-Uni.

La Russie, décidément sur tous les fronts, serait aussi à l’origine d’attaques informatiques contre des laboratoires de recherche sur le vaccin contre le coronavirus.

Source: BBC