Australie : trois milliards d’animaux auraient été victimes des incendies

Science

Par Felix Gouty le

La WWF a publié le lourd bilan des victimes animales estimées en Australie à la suite des feux qui ont ravagé l’île de juin 2019 à mars 2020. Des milliards de reptiles et des millions d’oiseaux ou encore de mammifères ont péri ou ont dû quitter leur habitat naturel, en proie aux incendies.

Crédits : Angelo_Giordano / Pixabay.

2,46 milliards de reptiles, 180 millions d’oiseaux, 143 millions de mammifères et 51 millions d’amphibiens. En tout, ce sont près de trois milliards d’animaux qui ont péri ou ont dû fuir leur habitat naturel à cause des multiples incendies qui ont ravagé l’Australie de juin 2019 à mars 2020. Ces derniers avaient été principalement provoqués par une chaleur record (près de 50°C en décembre dernier), à l’origine d’une intense sécheresse combinée à des vents violents. Cette nouvelle estimation provient d’un bilan de la catastrophe naturelle conduit par de multiples organismes et associations du pays et financé par le Fond mondial pour la nature (WWF). « Il est difficile de se rappeler un autre événement ailleurs dans le monde qui ait tué ou déplacé autant d’animaux, souligne Dermot O’Gorman, directeur de WWF Australia, dans un communiqué partagé par Sciences Et Avenir. Cette catastrophe se classe parmi les pires désastres écologiques de l’histoire moderne. »

L’estimation du nombre d’animaux, victimes des flammes ou forcés de quitter leur habitat pour survivre, a été calculée en comparaison de la superficie des zones sauvages brûlées. 11,46 millions d’hectares ont été réduits en cendres. Les rares animaux qui ont survécu à cette dévastation n’ont probablement pas pu survivre très longtemps, en l’absence d’abri et de nourriture. D’après Sciences Et Avenir, une précédente enquête du gouvernement australien avait attesté que cents espèces animales et végétales endémiques de l’île, déjà menacées d’extinction, avaient perdu plus de la moitié de leur habitat dans les incendies. « Quand allons-nous décarboner ? Quand allons-nous arrêter la déforestation ? », se demande Chris Dickman, professeur à l’université de Sydney impliqué dans ce recensement macabre. Les récents incendies en Australie ont fait 30 victimes humaines. Pour rappel, en décembre 2019, les urgences hospitalières ont recensé une hausse de 80% d’admission pour des problèmes respiratoires dus aux fumées noires des feux de forêt et de brousse. Ce lourd bilan écologique devrait pousser l’Australie à revoir sa copie concernant sa Loi sur la protection et la conservation de l’environnement et de la biodiversité. Ce texte promulgué en 1999 doit procéder à une refonte à la fin de l’année, afin d’améliorer son efficacité au regard de la crise climatique actuelle.