[MAJ] Tinder : les hommes de plus de 50 ans paieraient plus cher l’offre Premium

apps

Par Julie Hay le

L’argent ne fait pas le bonheur, enfin presque. Un groupe de défense des consommateurs australien a enquêté sur le modèle de facturation des abonnements payants de Tinder. Selon lui, les hommes hétérosexuels, de plus de 50 ans et vivant en ville paieraient jusqu’à 5 fois plus cher que d’autres utilisateurs.

* Article mis à jour le 17 août 2020 à 11h31 *

Sur Tinder, tout le monde n’est visiblement pas logé à la même enseigne. L’application de rencontre repose sur un modèle Freemium – un accès gratuit mais des fonctionnalités payantes – qui s’avère plus obscur qu’il n’y paraît. Tinder propose plusieurs forfaits pour ceux qui voudraient profiter pleinement des possibilités qu’offre l’application : Tinder Plus, Tinder Gold et Tinder Platinium. Le prix de ses abonnements peut varier selon les régions, mais pas seulement, à en croire l’association de défense des consommateurs, Choice. L’institution australienne a enquêté sur le système d’abonnement de la firme de Match Group et fait appel à 60 clients mystères pour déterminer la manière dont les prix étaient fixés. Selon Vice, qui relaie les conclusions de l’association, les hommes âgés de plus de 50 ans paieraient jusqu’à 5 fois plus que d’autres utilisateurs. Les résultats montrent que ce sont les femmes de moins de 30 ans qui paient le moins cher. Le prix de l’abonnement Tinder Plus serait fixé à 6.99 dollars pour cette catégorie, contre 34,37 dollars pour les hommes urbains et âgés de plus de 50 ans. Pour les trentenaires – ou moins – le prix maximal serait fixé à 16,71 dollars. Si l’association n’a pas pu définir le schéma utilisé par la firme pour établir la grille tarifaire, elle a fait appel à l’organisme de surveillance de la consommation australien pour mener l’enquête et déterminer si Tinder enfreint la législation australienne. Erin Turner, de l’association Choice explique que “Nul part, sur le site de Tinder ou dans les conditions d’utilisation, l’entreprise explique qu’elle adaptera le prix des abonnements selon les informations personnelles.”

La sexualité et le genre utilisés pour définir le prix des abonnements ?

Ce n’est pas la première fois que l’application est au cœur d’une polémique. En 2019 en Californie, Tinder avait fait l’objet d’une action groupée – déposée par 230 000 personnes – pour discrimination fondée sur l’âge. Rapidement, la firme avait revu sa politique tarifaire dans l’Etat américain et appliquait un seul et même prix pour tous. Si l’utilisation de l’âge pour déterminer le prix n’est donc pas une nouveauté pour le réseau social, Tinder pourrait utiliser d’autres informations personnelles pour appliquer ses tarifs et c’est cela qui inquiète l’association australienne. “Nous savons que Tinder utilise l’âge. Mais même au sein des groupes d’âge, nous avons vu une gamme de prix démontrant qu’il y a d’autres facteurs en jeu et que Tinder n’a pas encore expliqué. Il est vraiment inquiétant que nous ne sachions pas quelles informations nous concernant Tinder utilise pour déterminer ces prix personnalisés.” explique l’association.

*** Mise à jour : Un porte-parole de Tinder, contacté par la rédaction,  a précisé que “L’utilisation de Tinder est gratuite et la grande majorité de nos membres profite de notre application sans avoir recours à une version payante. Cependant, nous proposons diverses options d’abonnement et des fonctionnalités payantes à la carte ; conçues pour aider nos membres à se démarquer et à rencontrer de nouvelles personnes plus facilement.  Tinder est disponible à l’échelle mondiale et nos tarifs varient en fonction d’un certain nombre de facteurs. Nous proposons fréquemment des tarifs promotionnels, qui peuvent varier en fonction de la région, de la durée de l’abonnement, de la taille de l’offre groupée, etc. Nous testons également régulièrement de nouvelles fonctionnalités et options de paiement.” ***

Source: Vice