Google congédie sa spécialiste de l’IA éthique

Business

Par Remi Lou le

Timnit Gebru, tête pensante de l’IA éthique chez Google, explique avoir été congédié brutalement par l’entreprise après avoir envoyé un mail exprimant son malaise face au refus d’un de ses papiers de recherche.

Crédits : Rajeshwar Bachu via Unsplash

Coup de tonnerre dans la Silicon Valley. Timnit Gebru, responsable de l’équipe « Ethical Artifical Intelligence » chez Google viendrait en effet d’être congédié par la firme. La chercheuse de 37 ans est arrivée chez Google en 2018, et est particulièrement réputée sur le secteur, notamment pour ses recherches dans le domaine de la reconnaissance faciale et son engagement en faveur de la diversité dans la Silicon Valley. Elle indique avoir été congédiée suite à un désaccord concernant un de ses documents de recherche. Elle aurait donné à l’entreprise des conditions à remplir pour régler ce désaccord sans quoi -précisait-elle- elle pourrait démissionner de son poste. Comme elle l’indique sur Twitter, à la suite de ce mail, elle aurait simplement reçu un réponse expéditive et vu ses accès à ses comptes d’entreprise coupés. Voilà le mail qu’elle aurait reçu : « Merci d’avoir clarifié vos conditions. Nous ne pouvons accepter la #1 et la #2 comme vous le demandez. Nous respectons votre décision de quitter Google en conséquence, et acceptons votre démission. »

Sauf que le même son de cloche ne résonne pas chez Google, qui explique que Timnit Gebru a elle-même pris la décision de démissionner de son poste. L’entreprise indique également que le papier de recherche de la chercheuse qui a été refusé n’était pas valide. « Timnit a co-écrit un article avec quatre collègues de Google ainsi qu’avec des collaborateurs externes qui devaient passer par notre processus de révision (comme c’est le cas pour tous les articles soumis en externe). Malheureusement, ce document n’a été partagé qu’avec un préavis d’un jour avant sa date limite – nous avons besoin de deux semaines pour ce type de révision (…) Une équipe interfonctionnelle a ensuite examiné l’article dans le cadre de notre processus régulier et les auteurs ont été informés qu’il ne respectait pas nos standards de publication et ont reçu des commentaires sur les raisons » explique le chef de la division IA de Google dans un courriel interne à l’entreprise.

Ce départ se fait dans un contexte déjà particulièrement tendu chez Google : l’entreprise est actuellement sous le coup d’une enquête fédérale de la National Labour Relations Board (NRLB) à propos de soupçons d’espionnage de quatre de ses anciens employés. Sur le compte Twitter dédié à des employés anciens et actuels de la firme, ils sont nombreux à réclamer des explications plus claires aux dirigeants de Google sur cette « démission » et la chercheuse a reçu d’importants soutiens d’autres figures de la communauté tech.

Source: Wired