Vaccin : sourire ou faire la grimace réduirait la douleur d’une piqûre

Science

Par Felix Gouty le

Les observations d’une nouvelle étude vous invite à sourire ou à faire la grimace au moment d’être vacciné, par exemple dans les prochains mois, pour réduire le stress et la douleur.

Crédits : Pexels / Pixabay.

« Souriez, vous êtes vacciné » sera-t-il le prochain slogan affiché dans les salles d’attente des médecins ? À en croire une nouvelle étude scientifique, ça en prend le chemin. Des chercheurs américains de l’université Irvine de Californie (UCI) affirment aujourd’hui, dans une étude publiée dans la revue de l’American Psychological Association, que la contraction volontaire des muscles des joues et des muscles des yeux peut réduire la douleur ressentie par une personne, par exemple lorsqu’elle est piquée par une aiguille. Plus exactement, un vrai sourire expansif ou une vilaine grimace réduirait de 40% la souffrance perçue dans ce cas précis et atténuerait les indicateurs physiologiques du stress, comme l’accélération du risque cardiaque.

Pour parvenir à cette conclusion, Sarah Pressman, professeure en psychologie de l’UCI, et ses collègues ont invité 231 participants à subir une piqûre d’une simple solution saline. Cette dernière, effectuée à l’aide d’une aiguille avec seringue (jauge 25) de format classique, demandait à être accompagnée d’une expression neutre sur le visage, d’un demi-sourire, d’un vrai sourire (appelé « sourire de Duchenne », en référence au neurologue français Guillaume-Benjamin Duchenne) ou d’une grimace. Chaque expression non neutre était maintenue à l’aide d’une baguette en bois dans la bouche. En parallèle, les chercheurs ont mesuré le rythme cardiaque et la conductance cutanée (ou activité électrodermale) des participants. Résultat : faire la grimace ou se forcer à sourire avant (et pendant) d’être piqué atténuerait le stress et la douleur. « Face à une situation de détresse ou même au plaisir, les humains ont tendance à réagir par des expressions faciales impressionnantes qui impliquent la contraction des muscles des yeux, des joues et l’exposition de leur dentition, remarque Sarah Pressman dans un communiqué relayé par SlashGear. Nous avons découvert que ces mouvements, à l’inverse d’une expression neutre du visage, entraînaient une réduction non négligeable de l’inconfort et du stress. »